Le Leem s'engage en faveur de l'emploi des jeunes dans le secteur pharmaceutique

Le Leem s'engage en faveur de l'emploi des jeunes dans le secteur pharmaceutique

@pixabay

Les entreprises du médicament (Leem) ont signé un accord début juillet avec la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, FO et l'UNSA pour favoriser l'emploi des jeunes dans le secteur pharmaceutique.

« Dans le contexte de crise sanitaire sans précédent que nous connaissons depuis 18 mois, les jeunes sont rapidement apparus parmi les plus exposés à ses conséquences sur l’emploi », indique un communiqué du Leem, publié le 20 juillet. L'accord signé par le Leem et les organisations syndicales est une réponse à cette situation et a pour objectif d'« améliorer l’attractivité du secteur et d'accroître l’intégration et la formation en milieu professionnel ».

Cet accord couvre toutes les étapes du parcours : l'information sur les métiers, l'orientation, la formation initiale, les conditions de pratique professionnelle en entreprise, ainsi que l'insertion dans l'emploi. En plus de renforcer les mesures déjà mises en place, il s'inscrit également dans les engagements gouvernementaux envers les jeunes ainsi que dans le programme « 1 jeune, 1 solution ».

Favoriser la professionnalisation

Dans ce nouvel accord, plusieurs engagements forts de la branche concernent l’alternance et les stages :

  • Révision à la hausse des rémunérations minimales des apprentis et des gratifications des stagiaires,
  • Renforcement de l’accompagnement « par un salarié au cours de leur activité professionnelle (tutorat renforcé, dispositif de mentorat…) »,
  • Un objectif de 8 000 alternants formés par an, d'ici 2024.

Cet accord prévoit aussi des mesures spécifiques en faveur des jeunes les plus fragilisés : issus des quartiers prioritaires de la ville, des zones de revitalisation rurale ou en situation de handicap.

« Avec la signature de cet accord de branche ambitieux, les entreprises du médicament s’engagent pleinement dans l’effort national de relance, notamment sur la question majeure de l’emploi des jeunes », analyse Frédéric Collet, Président du Leem. Il précise que « ces engagements de nos entreprises constituent une forme de réponse aux annonces importantes du Conseil stratégique des industries de santé (CSIS) du 29 juin dernier qui ont démontré le caractère stratégique des industries de santé pour la relance et l’emploi en France ».

Une nécessité pour les entreprises

Selon le Leem, ce règlement dépasse l'enjeu sociétal. « L’investissement dans les compétences des jeunes est vital pour notre industrie: l’âge moyen des salariés dépasse aujourd’hui 44 ans et continue de progresser chaque année. Dans cet accord, la branche agit sur toutes les étapes qui mènent chaque jeune vers l’emploi. Les entreprises du médicament y prennent un engagement fort en matière d’alternance ; 8000 alternants représenteraient 6,4% des effectifs salariés de la branche, bien au-delà du seuil légal de 5%. Il a également pour vocation d’élargir les recrutements de nos entreprises, en s’ouvrant davantage à de nouveaux publics et en s’investissant davantage dans le parcours des jeunes par des dispositifs comme l’alternance, le mentorat… », conclut Michaël Danon, président de la Commission emploi, compétences, empreinte territoriale du Leem.

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.