Du rôle de centrale d'achat à celui d'opérateur national

L'UGAP déploie auprès des 136 GHT des outils de pilotage uniques.

Loi santé, GHT, Ma santé 2022, témoignent d'une véritable prise de conscience des enjeux nationaux en santé. Personne ne peut ignorer les obligations sociales croissantes en matière d'égalité d'accès aux soins, de lutte contre les déserts médicaux ou encore de prise en charge du bien vieillir. L'UGAP (Union des groupements d’achats publics) a fêté en 2018 ses 50 ans. Positionnée depuis ses origines sur le secteur de la santé, elle a vu consacrées ses missions à l'occasion de la signature le 19 décembre 2018, à la DGOS (Direction générale de l’offre de soins), d'une convention lui octroyant un rôle d'opérateur national hospitalier.

Cette orientation conforte ses fondamentaux (mutualisation, performance économique, proximité territoriale, étendue de l’offre...) et ajoute un certain nombre d'obligations tant vis-à-vis des établissements de santé que des amonts industriels.

À cet égard, son modèle unique de centrale d'achat grossiste est en phase avec les enjeux évoqués. À l’heure où la santé se réfléchit en projet médical partagé de territoire, l’UGAP se démarque par son approche globale (État, collectivités territoriales, hôpitaux), son délai de paiement des fournisseurs à 30 jours (soit 60 jours en moyenne de trésorerie apportée aux entreprises), ses avancées en matière digitale (e-commerce, facturation) et sa forte présence auprès de ses clients dans l’exécution des contrats. Ces éléments forts de différenciation lui permettent de disposer de conditions d’achats de plus en plus optimisées. En effet, le prix n’est plus uniquement lié au volume mais également à la crédibilité de l’acheteur (volume d’engagement, expertises…) et aux économies qu’il génère chez le fournisseur (coûts de trésorerie, coûts administratifs, techniques et commerciaux).

En outre, l’UGAP, opérateur national, répond aux attentes légitimes des établissements de santé : la disponibilité des offres, l’intégration de toutes les spécificités hospitalières, une réponse rapide aux enjeux réglementaires (sérialisation, parcours digital du patient...), une performance en coût complet, un appui logistique et un service après-vente. Et, puisqu'aucune politique achat ne peut se développer sans données factuelles, l'UGAP déploie auprès des 136 GHT des outils de pilotage uniques : programme d'appels d'offres, listing exhaustif des milliers de marchés disponibles, statistiques détaillées devis et commandes, intégration progressive des politiques publiques, nomenclature DGOS.

Enfin, une activité de 600 millions d’euros en 2018 (cf. conférence de presse du 12 février) et une croissance de l'activité hospitalière mi-février de 34 % (en montant de commandes enregistrées) reflètent la confiance témoignée par les établissements de santé à l’UGAP. Cette confiance conduit donc l’opérateur national à accentuer les échanges notamment lors de réunions d'information au cœur des territoires. Un enjeu majeur pour un établissement public qui ne perçoit aucune subvention et dont la pérennité dépend de sa performance auprès des hôpitaux et de sa crédibilité vis-à-vis des amonts industriels.

À lire aussi