Le GHT de l'Artois aux limites de ses capacités en réanimation

Le GHT de l'Artois aux limites de ses capacités en réanimation

Centre hospitalier de Lens (Crédit @GHT Artois)

Avec 140 patients COVID positifs dont 22 en réanimation et 11 en soins intensifs, le GHT de l'Artois atteint les limites de ses capacités d'hospitalisation en réanimation et soins critiques. Une situation de tension extrême qui a conduit à faire appel à la réserve sanitaire.

"Nous sommes dans la même situation de saturation qu'à la mi-mars, au début de la 3e vague.Toutes nos capacités de soins critiques sont au maximum, nous n'avons plus un seul lit de libre en réanimation", s'alarme Brunos Donius, président du comité stratégique du GHTde l'Artois. A savoir, au 27 avril :
• 58 étaient hospitalisés au centre hospitalier de Béthune Beuvry dont 14 en réanimation et 2 en soins intensifs
• 76 au centre hospitalier de Lens dont 8 en réanimation et 9 en soins intensifs
• 4 au centre hospitalier de La Bassée
• 2 au centre hospitalier d’Hénin-Beaumont qui prend également en charge des patients post-COVID

Cependant, à l'instar de ce qui est observé au niveau national, le profil des patients COVID+ a évolué, au cours de cette troisième vague épidémique, sur le territoire de l'Artois. Si le taux d'incidence du virus apparaît légèrement en baisse chez les plus de 65 ans, on note une hausse importante des moins de 60 ans au sein de la population hospitalisée. Conséquences vraisemblables des politiques de vaccination et de prévention des plus âgés mais aussi possiblement liées  aux spécificités des nouveaux variants.

Reprogrammations et transferts de patients

Pour faire face au pic épidémique, reprogrammation oblige, 25% des lits de soins critiques en chirurgie sont désormais réservés aux patients COVID+. Et cela ne suffit pas toujours. Pour exemple, le CH de Lens a dû refuser 5 hospitalisations le week-end précédent et réorienter les patients. Les transferts se multiplient mais sont encore réalisables pour l'instant, via la régulation du SAMU 62, sur le département. En cas de saturation de tous les établissements, ils seront à envisager au-delà, par le SAMU 59 (Nord).

Cette situation de tension continue depuis plus d'un mois ébranle les équipes soignantes et a conduit à faire appel à la réserve sanitaire. Ce sont ainsi, depuis début avril, 5 à 8 personnes (essentiellement des infirmières) qui se portent en renfort chaque jour sur les sites de Béthune Beuvry et de Lens.

Pour le reste le principal espoir d'amélioration tient à l'accélération de la campagne vaccinale.
49 185 premières injections ont été réalisées sur l'ensemble du territoire du GHT, ainsi que 32 934 deuxièmes injections et 4 troisièmes injections. Ces dernières étant réservées, suivant les dernières directives nationales, aux patients dialysés ou en chimiothérapie.

La capacité de lits dédiés COVID du GHT de l'Artois
188 lits et places dédiés COVID déclinés ainsi :
- 105 lits et box au CH de Lens dont 12 box aux urgences, 9 lits de soins intensifs, 8 lits de réanimation COVID, 8 lits de soins palliatifs et 68 lits d’hospitalisation conventionnelle dont 24 gériatriques
- 61 lits et box au CH de Béthune Beuvry dont 6 box aux urgences, 14 lits de réanimation, 3 lits de soins intensifs et 38 lits d’hospitalisation conventionnelle
- 22 lits de soins de suite susceptibles d’accueillir des patients COVID au CH d’Hénin-Beaumont

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.