Psychiatrie : 129 projets pour améliorer l'accès aux soins

Psychiatrie : 129 projets pour améliorer l'accès aux soins

De nouveaux moyens vont être consacrés au renforcement de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent @pixabay

Dans le cadre de la troisième circulaire de la campagne tarifaire et budgétaire des établissements de santé pour 2021, une enveloppe de 40 millions d'euros, dédiée à la psychiatrie, vise à accompagner des appels à projets nationaux dont les jurys se sont tenus fin novembre. Un engagement financier qui traduit les engagements ministériels déclinés dans les feuilles de route « Psychiatrie et santé mentale » et « 1000 premiers jours ».

Trente millions d’euros de crédits pérennes, dédiés au renforcement de la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (PEA) et à la psychiatrie périnatale (PPN), financeront 87 projets sur l’ensemble du territoire national : 63 projets sur l’offre de PEA pour un montant de 20 millions d’euros et 24 projets sur l’offre de PPN pour un montant de 10 millions d’euros.

Ces projets ont pour objectif de soutenir les équipes de pédopsychiatrie et d'améliorer le parcours de soins des jeunes patients, notamment par l’augmentation du nombre de lits d’hospitalisation dans des territoires dépourvus ou sous-dotés au regard des besoins, par le renforcement des prises en charge en ambulatoire, des réponses aux situations de crise et d’urgence ou encore de l’offre spécifique aux publics particulièrement vulnérables, relevant notamment de la protection de l’enfance. Ils permettent par ailleurs la création ou le renforcement de plus de 25 équipes mobiles dédiées à la psychiatrie périnatale et à la petite enfance et de 11 unités d’hospitalisation en psychiatrie périnatale.

Fonds d’innovation organisationnelle en psychiatrie

En outre, 10 millions d’euros financeront 42 projets pendant trois ans dans le cadre du Fonds d’innovation organisationnelle en psychiatrie (FIOP). Ceux-ci favoriseront la proximité entre les différents acteurs du parcours de santé et de vie et leur articulation dans les territoires de santé mentale mais aussi l’accès aux soins somatiques, la prévention et la gestion des situations de crise, d’urgence et de soins sans consentement, la mise en œuvre de dispositifs innovants de prévention, de repérage et de prise en charge précoce et le développement du numérique au service des patients et des professionnels. Une attention particulière a été portée à certaines populations, notamment les personnes détenues.

Au total, les agences régionales de santé (ARS) ont remonté au ministère 141 projets pour la PEA et la PPN et 118 pour le FIOP

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.