Loïc Scordia (EPS de Ville-Evrard) : lutter contre toutes les maltraitances

Loïc Scordia @EPSVille-Evard

Le numéro de téléphone 3977 permet à toute personne, victime ou témoin, de signaler une situation de maltraitance sur une personne âgée de plus de 60 ans ou en situation de handicap. Certains de ces faits sont ensuite examinés par la cellule départementale de lutte contre la maltraitance dont Loic Scordia, coordinateur adjoint de l’action sociale à l’établissement public de santé mentale de Ville-Evrard, est membre permanent.

Le numéro national 3977 s’adresse aux particuliers et aux professionnels qui souhaitent signaler un cas ou un risque de maltraitance. La plateforme peut ensuite transmettre les signalements reçus aux correspondants locaux du Département, qui suivront ces situations en lien avec les institutions et les services sociaux, médico-sociaux et juridiques du territoire. « La cellule se réunit tous les mois, témoigne Loic Scordia, coordinateur adjoint de l’action sociale à l’établissement public de santé mentale de Ville-Evrard et membre permanent de la cellule. Les échanges sont animés par une conseillère technique en charge des personnes âgées et un conseiller technique en charge des personnes handicapées ». Parmi les partenaires présents : des représentants des hôpitaux, du conseil départemental, de l’Union départementale des associations familiales, de la Maison départementale des personnes handicapées…
« Grâce à leur réseau, ces différents acteurs vont tout mettre en œuvre pour assurer le meilleur suivi, poursuit Loïc Scordia. Lorsque nous évoquons le cas d’une personne atteinte d’une pathologie mentale ou d’une souffrance psychique, mon premier réflexe va être de rechercher si elle est connue des services hospitaliers. Dans l’affirmative, je m’assurerai de la continuité du suivi. Et dans la négative, j’interpellerai les équipes soignantes. Nous pourrons ainsi travailler en amont pour éviter que la situation se dégrade ».
Si le nombre de signalements augmente, la tendance ne reflète pas forcément une hausse des cas de maltraitance. « Nous avons rendu les situations visibles. Les professionnels sont davantage informés de l’existence de ce numéro, qu’il s’agisse des aides à domicile ou des infirmières libérales qui appellent la plateforme beaucoup plus facilement », conclut Loïc Scordia.

1 - Plateforme d’écoute dédiée, ouverte du lundi au vendredi de 9h à 19h.

À lire aussi