Cap sur la réhabilitation psychosociale à La Rochelle, à l’hôpital Marius Lacroix

Hôpital psychiatrique Mairus Lacroix (crédit photo : CH de la Rochelle)

A la Rochelle, l’hôpital psychiatrique Marius Lacroix porte un projet ambitieux de développement d’une filière de réhabilitation psychosociale des personnes atteintes de troubles psychiatriques. L’objectif est de permettre non seulement l’amélioration de l’état de santé des personnes mais aussi leur réintégration dans la société en favorisant l’acquisition de compétences psychosociales utiles à leur maintien au domicile, d’envisager un travail et de conserver des relations sociales.

Le développement de la filière de réhabilitation vise essentiellement à éviter des hospitalisations multiples qui sont souvent péjoratives pour les personnes en termes d’inclusion dans la société. Le développement de la filière de réhabilitation psychosociale permet d’être au plus proche des problématiques en lien avec le handicap psychique. En personnalisant les programmes de rétablissement, l'idée est de pouvoir offrir à chaque patient une marge de progression et d'amélioration.

Une filière organisée en 3 unités de soins

A l’hôpital Marius Lacroix, la filière de réhabilitation psychosociale est ainsi organisée en 3 unités de soins :

- deux unités d’hospitalisation complète qui ouvriront début octobre 2019. Ces services hospitaliers sont issus d’une réorganisation de 3 services d’hospitalisation de psychiatrie adulte du CH Marius Lacroix. Ces unités permettront une prise en charge des soins de réadaptation aux personnes hospitalisées dont le handicap psychique, en lien avec leur maladie, ne permet pas une sortie rapide. Des activités de réhabilitation y seront développées : renforcement des capacités (cognitives, relationnelles, d’autonomie) et préparation personnalisée à la sortie (accompagnement, réinsertion et resocialisation).

- un centre ambulatoire de réhabilitation psychosociale "Cap Réhabilitation", ouvert depuis le 23 avril 2019, situé à Aytré dans des locaux partagés avec le Centre Médico-Psychologique Le Belem. Cette unité accompagne les personnes, dont la maladie psychiatrique bien que stabilisée, est à l’origine de blocages pour s’intégrer dans la société (se déplacer, pouvoir gérer son argent, faire ses courses…). Le centre Cap Réhabilitation utilise les outils de réhabilitation telles que la remédiation cognitive, l’éducation thérapeutique et les thérapies cognitive-comportementales afin d’aider les personnes à retrouver des habiletés sociales en complément de leur suivi psychiatrique. De plus le maintien vers l’extérieur est renforcé en mobilisant un réseau d’associations et différents acteurs du monde médico-social, de la psychiatrie, du logement et de la réinsertion professionnelle.

À lire aussi