Le pass sanitaire inquiète le secteur psychiatrique

Le pass sanitaire inquiète le secteur psychiatrique

@pixabay

Le 30 juillet, différents acteurs de la psychiatrie ont envoyé une lettre ouverte au Premier ministre pour faire part de leur inquiétude sur les risques associés au Pass sanitaire.

« Les malades sans Pass sanitaire bannis des soins !!!! », alerte la Fédération française de psychiatrie (FFP), des associations d'usagers et des syndicats. Ces acteurs vont plus loin dans cette lettre ouverte en affirmant qu'avec le Pass sanitaire, « deux principes constitutionnels sont honteusement bafoués : la liberté d'aller et venir à l'hôpital et la protection de la santé en désirant se faire soigner ». 

L'opposition des psychiatres

L'obligation d'un certificat pour les soins programmés soulève nombre de réflexions dans le domaine de la santé mentale. Une majorité de psychiatres s'oppose au refus d'accès aux soins sans présentation d'un Pass. « Ce positionnement est déontologiquement et éthiquement inacceptable pour des soignants qui pourraient en outre être accusés d’un défaut de soins », explique la FFP. De plus, la psychiatrie française s'étonne d'un tel développement alors que la souffrance mentale est de plus en plus reconnue par le gouvernement. « Les personnes souffrant de troubles mentaux semblent reléguées au second plan », s'inquiètent les professionnels.

Le Pass sanitaire, générateur de tensions

La FFP évoque aussi les inégalités sociales d'accès à la vaccination et la fracture numérique liées au Pass sanitaire. Tous les patients ne sont pas capables de se servir d'un smartphone et d'obtenir leur Pass numérique et certains risquent d'oublier leur certificat papier en se rendant à leur consultation. Les signataires du courrier* mettent aussi l'accent sur la diffférence de traitement entre les patients porteurs ou non d'un Pass. « Ce tri risque de créer une opposition entre soignants obligés de se vacciner et détenteurs d’un Pass sanitaire et patients n’ayant pas de Pass sanitaire qui se verront rejetés par des soignants exaspérés et en tension professionnelle depuis un an et demi », pressent la FFP.

Les signataires s'inquiètent aussi pour la continuité et la qualité des soins dans les prisons, où les conditions d'accès aux soins et au Pass sanitaire manquent de clarté, et pour le secteur de la pédopsychiatrie, l'obligation de présenter ce pass « pouvant amener à de nouveaux retards dans les prises en charge avec les conséquences délétères que l'on connaît ».

Pour en savoir plus : Lettre ouverte adressée au Premier ministre

* Fédération française de psychiatrie (FFP), Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH), Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie (FNAPSY), Union syndicale de la psychiatrie (USP), Union nationale de familles et amis de personnes maladies et/ou handicapées
psychiques (UNAFAM), Syndicat des psychiatres d’exercice public (SPEP), Intersyndicale de défense de la psychiatrie publique (IDEPP).

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.