La DGOS lance un appel à projets pour la pédopsychiatrie et la psychiatrie périnatale

La DGOS lance un appel à projets pour la pédopsychiatrie et la psychiatrie périnatale

@pixabay

La Direction générale de l'offre de soins (DGOS) a lancé un appel à projets début juillet en psychiatrie périnatale, ainsi qu'en psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, pour un montant de 30 millions d'euros.

Sur les 30 millions qui seront affectés par la DGOS, 20 iront à la psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent et 10 à la feuille de route « 1000 jours » en psychiatrie périnatale. Les projets candidats devront être transmis par les Agences régionales de santé (ARS) avant le 29 octobre 2021. A savoir :  15 projets peuvent être proposés par région, pour « une mise en œuvre opérationnelle fin 2021 ou début 2022 ».

De meilleurs équipements

La première partie de l'appel à projets vise à « poursuivre et finaliser l'équipement des départements non pourvus ou sous-dotés » en psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent. La DGOS souhaite ainsi assurer une meilleure réponse aux situations d'urgence et de crise, notamment en améliorant les besoins en lits d'hospitalisation temps plein. La Direction générale veut aussi renforcer l'offre de soins ambulatoires, la mobilité des équipes ainsi que les Centres médico-psychologiques (CMP).

Concernant les troubles du neurodéveloppement, des plateformes de coordination et d'orientation précoce seront mises en place pour les 0-6 ans, et étendues aux 7-12 ans. « Le parcours de bilan et d'intervention précoce vise notamment une accélération du parcours diagnostique et appelle à cette fin une synergie entre les acteurs sanitaires et médico-sociaux », précise la DGOS. La Direction générale encourage également des projets en coopération avec les acteurs d'autres champs (éducation, addictions, prévention, judiciaire, social et médico-social...).

Une feuille de route à « 1000 jours »

L'objectif de la feuille de route est aussi de créer quinze à vingt équipes mobiles et cinq à dix unités de soins conjoints parents-bébés, en hospitalisation temps plein. Etant entendu que ces projets « devront prendre en compte les enjeux forts de coordination avec la pédiatrie, les services de protection maternelle et infantile et les maternités, ainsi qu'avec les dispositifs de repérage des publics vulnérables ». Des actions de sensibilisation, de formation au repérage des signes d'alerte et d'appui aux professionnels urbains pourront ainsi être proposées comme projets.

Pour en savoir plus : Note d'instruction de la DGOS

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.