L'Institut Montaigne définit 12 recommandations pour le bien-vieillir

L'Institut Montaigne définit 12 recommandations pour le bien-vieillir

@pixabay

L' Institut Montaigne a publié fin mai un rapport sur le bien-veillir en France. Le groupe de réflexion a retenu 12 propositions pour construire une société plus inclusive et tenter de réconcilier les jeunes et les personnes âgées.

Avec ce rapport, l'Institut Montaigne suggère de passer rapidement à l'action. Bien que les solutions de bien-veillir soient connues, la crise sanitaire a modifié quelques priorités. L'étude rappelle notamment que les personnes âgées ont été les premières victimes de la pandémie de COVID-19. Malgré ce contexte particulier, certains sujets sont toujours aussi présents.

La perte d'autonomie

« Notre système de santé doit passer d’une logique de prise en charge curative et hospitalo-centrée, fondée sur les établissements d’accueil de personnes âgées, à une approche multidimensionnelle reposant sur la prévention et le soutien dans de bonnes conditions à domicile », avance l'Institut. Un point de vue partagé par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), qui évoque un virage domiciliaire dès la fin de l'année 2019. Le think tank propose donc d'instaurer une règle d'or « attribuant 1 euro de dépenses en faveur de la prévention de la perte d’autonomie pour 10 euros de dépenses curatives ».

Ce rapport fait aussi écho à la volonté du troisième âge de vivre mieux chez soi et plus longtemps. Le groupe de réflexion suggère donc de créer une communauté de « référents nouvelle vie », dans chaque service public territorial. Ce dispositif devant permettre d'accompagner plus facilement les plus âgés. L'institut propose également de « former les professionnels médicaux et paramédicaux, les professionnels du domicile et les aidants au dépistage de l'existence de fragilité ». Pour le think tank, la prévention de la perte d'autonomie souffre de deux grandes difficultés : « celle de l'ambition financière et celle de la stratégie et de la gouvernance ».

Repenser les EHPAD

Faut-il favoriser à tout prix  le "bien-veillir chez soi" et stopper la construction de places en Ehpad dans les prochaines années, comme le préconise le rapport des sénateurs Michelle Meunier et Bernard Bonne ? Le groupe de réflexion estime que c'est une suggestion irréaliste concernant à la prise en charge de personnes très dépendantes. Il évoque ainsi le cas de la Suède qui a fait « ce choix il y a plusieurs années et se trouve désormais confrontée à la difficulté de prendre en charge des personnes âgées nécessitant des soins réguliers. Sans Ehpad, le risque de laisser de côté les plus fragiles et les plus isolés demeure important. En revanche, une nouvelle stratégie en matière de rôle et d'organisation de ces établissements d'accueil est plus que jamais nécessaire ».

Les recommandations

L'institut Montaigne propose 12 recommandations, réparties autour de 4 grands axes, pour favoriser le « bien vieillir »

1. Valoriser la contribution des seniors à notre société

  • Faire de la formation tout au long de la vie une réalité pour les seniors.
  • Supprimer les barrières d’âge dans la transition entre la vie active et la retraite.
  • Reconnaître l’utilité sociale et valoriser l’engagement des seniors dans le monde associatif.

2. Vivre mieux chez soi et plus longtemps

  • Désigner une communauté de référents « nouvelle vie » au sein de chaque service public dans les territoires.
  • Généraliser le « diagnostic logement autonomie » en offrant un dispositif de guichet unique d’aide à l’adaptation du logement.
  • Transformer la ville au service de nos aînés, pour l'adapter au vieillissement démographique.

3. Vivre en meilleure santé et prévenir la perte d’autonomie

  • Instaurer une règle d’or attribuant 1 euro de dépenses en faveur de la prévention de la perte d’autonomie pour 10 euros de dépenses curatives.
  • Dépister et prévenir les fragilités liées à l’état santé. 
  • Former et accompagner les professionnels médicaux et paramédicaux, les professionnels du domicile et les aidants au dépistage de l’existence de fragilités.

4. Adapter notre économie pour mieux répondre aux enjeux du vieillissement

  • Soutenir la Silver économie (liée aux personnes âgées) en investissant dans les innovations et la recherche et développement pour le bien-vieillir.
  • S’appuyer sur des outils digitaux performants pour améliorer le recueil de données de santé dans le champ du vieillissement et personnaliser les parcours de soins.

Pour en savoir plus : Bien-veillir : Faire mûrir nos ambitions

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.