La DGOS prépare sa feuille de route pour la mise œuvre du Ségur de la santé

Katia Julienne

Dans le cadre du Séminaire national des hospitaliers, qui s’est déroulé les 18 et 19 novembre, Katia Julienne, directrice générale à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) a détaillé la mise en œuvre des orientations du Ségur de la santé.

Le 19 novembre, Katia Julienne, Directrice générale à la Direction générale de l’offre de soins a détaillé «pilier» par «pilier» les mesures décidées dans le cadre du Ségur de la Santé. S’agissant des ressources humaines (pilier 1), elle a mentionné la concrétisation de nombreuses mesures, notamment des revalorisations salariales. Près de 7 milliards d’euros ont ainsi été engagés pour les personnels médicaux, non médicaux, les internes ou encore les étudiants.
« Et nous travaillons sur le développement des pratiques avancées quel que soit le segment d’activité: les urgences ou la médecine de ville », a-t-elle également précisé.

En matière d’investissement et de réforme du financement (pilier 2), elle a rappelé l’engagement du ministère en faveur d’une plus grande subsidiarité de la politique d’investissement. Davantage de marges de manœuvre seront ainsi laissées aux agences régionales de santé (ARS) dans leurs relations avec les communautés hospitalières, et ce dès le premier trimestre 2021. S’agissant de la réforme du financement des services d’urgences, des soins de suite et de réadaptation et de la psychiatrie, Katia Julienne a annoncé un report à 2022 pour les deux derniers secteurs. Retenons également que les missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation seront abondés de 50 millions d’euros.

Gouvernance des GHT

S’agissant du pilier 3 relatif à la simplification des organisations et du quotidien des équipes, la DGOS a annoncé la reprise du chantier de la gouvernance des groupements hospitaliers de territoire (GHT) au premier trimestre 2021 et la poursuite des réflexions sur la réforme des autorisations en fonction des secteurs d’activité, tous les enseignements de la gestion de l’épidémie notamment pour les soins critiques devant encore être analysés.
Enfin, sur le sujet des territoires (pilier 4), Katia Julienne a salué le travail mené par les médecins généralistes et les urgentistes sur les services d’accès aux soins. «Près de cinquante projets nous ont été transmis par les ARS. Nous sommes en attente des derniers arbitrages pour démarrer l’accompagnement de ces iniatitives».
Parmi les multiples sujets en chantier, retenons également la volonté d’améliorer la prise en charge des résidents en Ehpad et celle de renforcer les moyens de la psychiatrie.
« Nous avons déjà consolidé les moyens pour favoriser un ancrage sanitaire de chacun des Ehpad. Nous préserverons ces évolutions. Quant à la psychiatrie, nous devons à la fois faciliter les conditions de travail des professionnels tout en restant très attentifs à l’état de santé mental de la population», a-t-elle conclu.

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.