Grand débat : appels à la mobilisation sur les questions de santé

Mai 2018, lors de la présentation du rapport du Groupe des 26

En février 2018, Philippe Denormandie, praticien hospitalier, et Jérémie Sécher, Directeur de centre hospitalier, lançaient un groupe de réflexion sur l’hôpital public. Le Groupe - dit des 26 -  a publié ses propositions dans le rapport « Changer la vie à l’hôpital ». Aujourd'hui, ses auteurs souhaitent que celles-ci soient entendues dans le cadre du Grand débat afin que la réponse formulée aux tensions actuelles "soit rapide et pertinente". De son côté, Frédéric Valletoux, Président de la Fédération hospitalière de France, vient de co-signer une tribune avec les présidents des associations représentant les communes, les départements et les régions. Tous appellent à faire confiance aux territoires.

Le Groupe des 26 qui regroupe des "représentants des usagers et des patients, médecins, soignants, directeurs d’hôpital, personnalités du monde de la santé" plaide dans le cadre du débat national et face à "une inquiétude grandissante liée au mouvement des gilets jaunes" pour "une réponse urgente et significative de la part des pouvoirs publics". En complément du rapport « Changer la vie à l’hôpital », le Groupe propose quatre mesures complémentaires.

1. Porter une attention aux hospitaliers, et en particulier aux soignants, en leur faisant bénéficier d’un dispositif financier équivalent à celui entré en vigueur dans le secteur privé avec la prime d’activité. Cette revalorisation pourrait être financée notamment en réévaluant les programmes d’économie prévus dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), voire en ajustant les modalités de gel de crédits.
2. Mettre les usagers au cœur des décisions en élargissant les directoires des établissements de santé à la présence des patients, avec une voix consultative. Cette représentation des patients doit également être assurée au sein de la gouvernance territoriale.
3. Piloter le système de santé de façon horizontale, en associant les professionnels. Il s’agit de mettre les moyens des Délégations départementales des Agences régionales de santé à disposition des professionnels de santé pour conduire la transformation des organisations territoriales et recueillir leurs propositions dans le cadre du grand débat national.
4. Créer une task-force, composée exclusivement de représentants des patients et de professionnels de santé expérimentés. Elle sera placée auprès du ministre de la Santé et aura pour mission de formuler un avis obligatoire sur l’ensemble des textes gouvernementaux, portant sur le secteur sanitaire. Il s’agit de constituer une véritable validation professionnelle et technique de ces textes, en vue d’assurer leur pertinence et de garantir leur caractère opérationnel."

Hospitaliers et les élus locaux main dans la main

De son côté, Frédéric Valletoux, Président de la Fédération hospitalière de France (FHF) a co-signé une tribune avec Francois Baroin, président de l'Association des maires de France, Dominique Bussereau, président de l'Assemblée des départements de France et Hervé Morin, président des Régions de France dans le Journal du dimanche le 9 février pour demander que la réforme de la santé fasse confiance aux territoires. "Nous demandons que des mesures ambitieuses soient prises pour affirmer une lutte volontariste contre les 'déserts médicaux', une démarche en faveur d'une médecine de proximité pour la garantie d'accès à des soins de qualité pour tous et permettant de répondre aux enjeux d'attractivité médicale et paramédicale", écrivent-ils notamment. La FHF met par ailleurs à la disposition de toutes les collectivités un modèle de voeu permettant aux territoires de faire entendre leurs voix sur la réforme de la santé. Le Conseil municipal de Fontainebleau, ville dont Frédéric Valletoux est le maire, devrait figurer parmi les premières communes à l'adopter. 

À lire aussi