Elections présidentielles, les nouvelles interpellations de la FHF

Elections présidentielles, les nouvelles interpellations de la FHF

Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF) lors de l'inauguration de SantExpo 2021

Le 2 février, Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF) et Zaynab Riet, déléguée générale ont présenté de nouvelles propositions, dans le cadre du débat pour l’élection présidentielle, autour de deux grandes axes : le financement des prestations de soins et « l’incontournable » réforme dans le champ de l’autonomie.

Simplifier la relation financière entre l’hôpital et l’usager et débattre de l’avenir de notre modèle de protection sociale font partie des attentes fortes exprimées par la Fédération hospitalière de France (FHF). Trois propositions ont ainsi été formulées par son Président, Frédéric Valletoux le mercredi 2 février : la transmission directe de la facturation des prestations de soins de l’hôpital à l’Assurance maladie obligatoire ; la forfaitisation du reste à charge et l’organisation d’un grand débat, dès le début de quinquennat, sur l’avenir de notre système de protection sociale.
Dans le schéma proposé par la FHF, l’Assurance maladie deviendrait un guichet unique qui refacturerait aux organismes complémentaires la part qui leur incombe. La forfaitisation du reste à charge (RAC) rejoint cette même volonté de simplification des démarches administratives et financières, sachant que les RAC les plus élevés sont concentrés sur les patients les plus âgés et les plus démunis. « Ces questions représentent donc aussi des enjeux d’équité », a commenté Marc Bourquin. Le conseiller stratégique de la FHF a également souligné que « la gestion du système de santé est extrêmement coûteuse et nous place en deuxième position au niveau international derrière les Etats-Unis. Nous devons dorénavant concentrer les ressources publiques sur le soin ».

Réforme de l’autonomie

S’agissant du grand âge, le Président Frédéric Valletoux n’a pas hésité à qualifier d’ « incontournable » la réforme de l’autonomie. « Une loi doit être adoptée dès le début du quinquennat. Nous avons chiffré à 100 000 le besoin de personnels dans les Ehpad pour les cinq prochaines années. La notion d’espérance de vie en bonne santé doit par ailleurs occuper une place fondamentale dans la conception des politiques publiques à destination des personnes âgées », a ainsi souligné le Président de la Fédération.
« Nous ne nous contenterons pas de vagues promesses, a poursuivi Marc Bourquin. Cette loi devra prévoir des moyens suffisants pour développer l’offre d’accompagnement mais aussi pour renforcer l’attractivité des métiers. Des budgets supplémentaires devront être affectés à la branche autonomie chaque année ».
La Fédération appelle également de ses vœux la simplification la gouvernance. « Il n’est pas utile d’être deux pour tarifer un Ehpad. L’actualité nous permet d’ailleurs de mesurer les conséquences de ce choix. Si le rôle des collectivités locales est essentiel en matière d’organisation des services sur le territoire et de planification de l’offre, aux côtés des Agences régionales de santé (ARS), financement et tarification pourraient relever des seules ARS », a exprimé Marc Bourquin.

Prévenir la dépendance

Benjamin Caniard, responsable du pôle autonomie de la FHF, a aussi appelé à « investir massivement dans la prévention de la perte d’autonomie pour augmenter l’espérance de vie sans incapacité » et détaillé nombre de propositions pour accompagner la mutation des établissements et services médico-sociaux. Parmi celles-ci : programmer des solutions nouvelles d’accompagnement et d’hébergement, généraliser les services à domicile intégrés, faire évoluer la tarification des Services de soins infirmiers à domicile (Ssiad) pour tenir compte du profil des patients, accompagner la transformation des Ehpad vers des centres de ressources territoriaux, prévoir un nouveau plan de développement des prises en charge spécialisées (pour les troubles cognitifs, psychiatriques …), ou encore clarifier le positionnement des Unités de soins de longue durée. Benjamin Caniard a également pointé du doigt la rigidité du système des autorisations. « Un gestionnaire souhaitant proposer une offre pluridisciplinaire : Ehpad, SSAD, SSIAD, accueil de jour, hébergement temporaire relève d’enveloppes et d’autorisations différentes. Le régime doit être simplifié ».

Le rôle central des GHT

Au-delà du renforcement et de l’augmentation significative des effectifs, le FHF insiste aussi sur la nécessaire continuité des soins et le recours à de nombreuses expertises en Ehpad. Doter tous les établissements d’un socle minimum de temps médical et paramédical, généraliser la permanence infirmière de nuit ainsi que les astreintes gériatriques téléphoniques, recruter des infirmières en pratique avancée en gérontologie ainsi que des assistants de soins en gérontologie ou encore faciliter l’intervention et l’appui des dispositifs hospitaliers sont quelques-unes des propositions fortes de la FHF qui n’a pas hésité à mentionner « le rôle central des GHT comme point d’ancrage de ces dispositifs d’appui ».
L’évolution des modes de tarification des Ehpad avec la fin de la distinction entre les sections soins et dépendance et le passage au tarif global pour les établissements le souhaitant représentent aussi deux prises de position audacieuses. « Nous devons affirmer la place centrale du service public du grand âge et de l’autonomie, faire évoluer l’offre et garantir une meilleure coordination dans les territoires en intégrant davantage le médico-social dans les GHT. Nous appelons enfin les pouvoirs publics à mettre fin aux inégalités de traitements entre les secteurs public et privé qu’il s’agisse du contrôle, de l’accompagnement ou des politiques tarifaires », a conclu Frédéric Valletoux.
Le 17 mars prochain, le FHF auditionnera les candidats à l’élection présidentielle devant un public composé d’hospitaliers, de représentants associatifs et institutionnels. A suivre !

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.