Le dossier médical partagé enfin généralisé

"Le dossier médical partagé est emblématique de la stratégie de transformation du système de santé engagée par le Président de la République et le gouvernement", a précisé Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, le 6 novembre dernier, lors du (re)lancement du dossier médical partagé. 

Après une phase d’expérimentation dans neuf départements, le dossier médical partagé (DMP), "longtemps attendu, maintes fois annoncé, maintes fois repoussé" (1) comme l'a rappelé Agnès Buzyn, devrait être généralisé à toute la France. Avec un enjeu majeur : positionner le patient au coeur du système de soins. "Le virage numérique en santé, au sens de l’Organisation mondiale de la santé, doit avoir comme objectif essentiel de repositionner l’usager comme premier bénéficiaire des services numériques en santé, en lui donnant les moyens d’être véritablement acteur de sa santé", a précisé la Ministre. 
Trois objectifs ont été fixés dans la stratégie de transformation du système de santé : favoriser l’accessibilité en ligne, pour chaque patient, de l’ensemble de ses données médicales ; parvenir à la dématérialisation de l’intégralité des prescriptions et enfin, simplifier le partage de l’information entre tous les professionnels de santé. Un "Espace Numérique de Santé" sera donc créé qui recensera "l’ensemble des données administratives, d’état civil et de situation sociale de l’usager, ainsi que les données relatives à ses aidants et aux professionnels concourant à sa prise en charge". C'est dans cet espace que le patient pourra à consulter ses données médicales mais aussi scanner et ajouter lui-même des documents de son dossier médical « papier ».

Sécurité et éthique

Agnès Buzyn a par ailleurs souligné que la protection et la sécurisation des informations devaient faire l’objet d’une "vigilance absolue. En effet, l’usage du numérique en santé peut rapidement constituer une source d’inquiétude pour les professionnels et les usagers, notamment quant à l’utilisation des données et des services associés. Il est donc essentiel d’assoir le renforcement du virage numérique en santé sur un cadre de valeurs et un référentiel d’éthique, afin de structurer les usages et fixer des limites quant à l’utilisation des données et des services." 
Aujourd'hui, les DMP sont conservés par un hébergeur de données de santé ayant reçu un agrément du ministère de la Santé. Et seuls le patient et les professionnels de santé autorisés peuvent y accéder.

En pratique 

Chaque assuré peut ouvrir son dossier médical partagé sur le site dmp.fr ou en pharmacie. Dès son ouverture, le dossier est automatiquement alimenté par l’historique de soins des vingt-quatre derniers mois dont dispose l’Assurance maladie. Une application pour smartphone et tablette est également disponible. L’accès nécessite pour les patients la saisie d’un identifiant, d’un mot de passe personnalisable et d’un code d’accès à usage unique envoyé sur téléphone mobile ou par mail (2). Les professionnels de santé peuvent quant à eux y accéder en utilisant leur carte professionnelle de santé (CPS).

(Notes)
1 - Suite à la loi de modernisation de notre système de santé, le dossier médical personnel est devenu "partagé" (DMP). Les modalités de création et de mise en oeuvre sont précisées dans le décret n°2016-914 du 4 juillet 2016.
2 - En cas de perte des données d’identification, le patient peut les récupérer par téléphone au 0 810 331 133 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30, 0,06 € la minute + prix de l'appel) ou en remplissant ce formulaire.

À lire aussi