Baromètre Odoxa : patients et médecins s'opposent sur les médecines alternatives et complémentaires (MAC)

Deux-tiers des professionnels de santé et des médecins n'ont jamais suivi de formation sur les médecines alternatives et complémentaires.

Médecines alternatives et complémentaires opposent patients et médecins. Les premiers y recourent et y trouvent de nombreux bénéfices tandis que les seconds ne croient à aucune de leur vertu thérapeutique. C'est le principal enseignement du baromètre Odoxa présenté le 31 janvier* 2019.

Plus de deux Français sur trois sont convaincus des bienfaits des médecines alternatives et complémentaires (MAC) et ils sont même trois sur quatre à l'être envers l'homéopathie. Les résultats sont en revanche plus contrastés s'agissant des médecins : si 56% croient aux bienfaits des «MAC», deux-tiers d'entre eux ne reconnaissent aucune vertu thérapeutique à l'homéopathie.
Et le décalage ne se limite pas à la perception de ces alternatives : si 52% des Français recourent à l’homéopathie (et un sur trois aux autres médecines alternatives) pour se soigner, que seul un peu plus de 25% des médecins pensent que leurs patients y ont recours.
Notons également que près de 3 Français sur 10 reconnaissent avoir refusé un traitement prescrit par leur médecin au profit d’un traitement homéopathique ou une «MAC». Et, sans surprise au regard des croyances respectives, seul un soignant sur trois et un médecin sur quatre a déjà recommandé de l’homéopathie à un patient … alors qu'ils sont plus des deux-tiers à  conseiller une autre «MAC».

captureformationmac

Etat des connaissances

Comme l'illustre le graphique, deux-tiers des professionnels de santé et des médecins reconnaissent n'avoir jamais suivi de formation sur ces sujets. Mais les patients ne se révèlent pas plus érudits : 56% d'entre eux n'ont par exemple aucune connaissance précise de la façon dont est « fabriquée » l’homéopathie. Ils sont avant tout séduits par son inocuité même si l'allopathie n'est nullement dénigrée : les Français jugent ainsi très majoritairement que l’allopathie est plus rassurante (63%), plus scientifique (86%) et surtout plus efficace pour soigner les maladies graves (90%) mais ils sont aussi une large majorité à être convaincus que l’homéopathie l’est davantage pour soigner les maladies bénignes (63%) et qu’elle est en même temps moins nocive sur la santé à long terme (81%).

capturehomeopathie

Rôle d'Internet et des réseaux sociaux ?

L'information disponible en santé sur Internet et les réseaux sociaux est jugée très négativement par les Français (60%), les soignants (70%) et les médecins (69%). Malgré cette méfiance, 67% des Français estiment qu’il est facile de trouver sur internet des renseignements fiables sur les médecines alternatives et complémentaires et 37% d'entre eux consultent Internet pour rechercher des solutions à base d’homéopathie ou autres « MAC ». Et en termes de choix, les patients-internautes placent au même niveau les sites animés par des médecins et les forums de santé. Notons également que 60% d'entre eux consultent également des sites gouvernementaux ou en lien avec le ministère de la Santé. Cette confiance institutionnelle les amène à appeler de leurs voeux un site internet officiel labellisé par l’Etat en matière de santé (70% pour les Français, 83% pour les professionnels de santé et 86% pour les médecins). "Et tous souhaiteraient que de tels sites officiels puissent désormais « noter » ce qui est reconnu scientifiquement en termes de soins et ce qui ne l’est pas : 77% des Français et 83% des médecins y seraient favorables", conclut Gaël Sliman, President et cofondateur d'Odoxa.

*Baromètre Odoxa "Le rapport des Français et des soignants aux médecines alternatives et complémentaires", en partenariat avec la Chaire Santé de Sciences Po, NEHS, l’ASIP Santé et Orange Healthcare.

 

 

À lire aussi