Recommandation d’un test RT PCR Sars Cov-2 chez les professionnels de santé

@pixabay

La Direction générale de la Santé alerte sur la situation épidémiologique liée à la COVID-19 qui est "d’évolution rapide" avec une augmentation de nombreux indicateurs. Le nombre de personnes atteintes de COVID-19 de retour d’un séjour à l’étranger est également significatif. Or, près d’un quart des infections par le SARS-CoV-2 reste asymptomatique et environ 50 % des transmissions surviennent durant la phase pré-symptomatique du cas index.Dans ce contexte, un dépistage de SARS-CoV-2 par RT-PCR, est recommandé pour tout professionnel de santé.

La Direction générale de la Santé recommande un dépistage de SARS-CoV-2 par RT-PCR, pour tout professionnel de santé :
- avec des symptômes évocateurs de COVID-19
- identifié comme personne contact d’un cas de COVID-19
- ayant participé à un rassemblement de nombreuses personnes (repas de famille, mariages, festivals, concerts, funérailles, etc.)
- au retour d’une zone à risque : séjour à l’étranger ou à Mayotte ou en Guyane ou dans un autre lieu, y compris en métropole, dans lequel la circulation du virus est élevée (foyer épidémique (cluster) ou incidence anormalement élevée)
- revenant de congés quelle que soit la zone de villégiature, s’il prend en charge des patients fragilisés : immunodéprimés, insuffisants respiratoires, sujets âgés.

Le dépistage peut être réalisé dans un laboratoire de biologie médicale habilité, ou dans le laboratoire d’un établissement de santé habilité. La liste de ces laboratoires est disponible sur https://sante.fr/recherche/trouver/DepistageCovid

MG France monte au créneau

Retenons également dans l'actualité de ce début de semaine la colère de MG France qui dénonce une stratégie de dépistage trop approximative et un travail "compliqué par la fragilité des protocoles et des stratégies qui proposés".

Premier grief de MG France : les délais d’obtention des tests PCR et du rendu des résultats sont souvent supérieurs à 48 heures, ce qui est beaucoup trop long. "La raison de ce retard réside notamment dans l’absence de priorité donnée aux tests prescrits par les médecins par rapport aux tests de convenance proposés gratuitement à tous sans prescription ni justification. MG France a déjà dénoncé cette grave erreur qui conduit à l’encombrement des files d’attente par des patients non prioritaires Par ailleurs les résultats des tests PCR sont rendus par les laboratoires avec de grandes précautions liminaires, traduisant les difficultés et limites de leur interprétation : positifs, ils ne signifient par toujours une contagiosité persistante, négatifs, ils ne signifient pas nécessairement l’absence totale de contagiosité. Est-il cohérent de baser nos prises en charge sur un résultat unique ? Peut-on s’étonner que les patients essaient de contourner les consignes d’isolement dans ces conditions ? Au delà, les chiffres de l’épidémie, publiés sur la base de ces résultats, correspondent-ils à la réalité et peuvent-ils qualifier son évolution ?"

Le syndicat déplore par ailleurs que "les résultats des tests réalisés sans concertation dans des centres ambulants parviennent au médecin traitant de façon aléatoire et souvent plus de trois jours après, que ce résultat soit négatif ou même positif. MG France regrette que les médecins généralistes soient ainsi démunis des moyens indispensables pour prendre en charge leurs patients. La crédibilité de leurs conseils à la population est fragilisée par ces approximations, quand la rentrée va mettre sous pression toute la société civile. Il est grand temps que les pouvoirs publics, aidés des scientifiques, décident d’une stratégie de dépistage beaucoup plus robuste et cohérente que celle actuellement en vigueur. »

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.