Le Président de la République a entendu les appels à l'obligation vaccinale

Le Président de la République a entendu les appels à l'obligation vaccinale

@pixabay

Le 12 juillet, le Président de la République a annoncé l'obligation vaccinale pour les soignants. Ces derniers jours, de nombreuses institutions avaient appelé cette mesure de leurs voeux, arguments à l'appui.

Dans un communiqué en date du 9 juillet, la Haute autorité de santé (HAS) indiquait que "la lutte contre la transmission du virus impos(ait) la réflexion sur l’obligation vaccinale". "A la lumière des données disponibles sur la protection des vaccins contre la transmission, la HAS considère que la couverture vaccinale des professionnels de santé et plus largement de ceux qui sont en contact avec des personnes vulnérables revêt un enjeu éthique autant que de santé publique. C’est pourquoi, au-delà des mesures incitatives, des opérations de communication, d’information et de la recherche de l'adhésion de chacun, la HAS recommande que soit envisagée sans délai l’obligation vaccinale de l’ensemble des professionnels en contact avec des personnes vulnérables. Au-delà, au vu de la progression actuelle de l’épidémie, il est nécessaire d’entamer dès à présent la réflexion sur une extension plus importante de cette obligation vaccinale en population générale afin de pouvoir prendre à temps cette décision si elle s’imposait".

Ce même 9 juillet, l'Académie nationale de médecine et l'Académie nationale de pharmacie s'étaient également prononcées en faveur de l'obligation vaccinale indiquant : "Pour les soignants et les professionnels en charge des personnes âgées et vulnérables, l’obligation vaccinale contre la Covid-19 s’impose au regard des principes de solidarité et de réciprocité. Elle concerne aussi le personnel hospitalier paramédical et administratif, les ambulanciers, les pompiers, etc. Chaque soignant est tenu de tout mettre en œuvre afin de « surtout ne pas nuire ».(...) Concernant l’ensemble de la population âgée de 12 ans et plus, l’obligation vaccinale contre la Covid-19 constitue la seule option réaliste en termes de responsabilisation personnelle et d’engagement solidaire permettant de préserver sa santé, celle des autres et de parvenir à l’immunité collective. L’obligation s’impose quand une vaccination efficace et bien tolérée peut maîtriser une infection sévère, potentiellement mortelle et incontrôlable par tout autre moyen. Plusieurs maladies ont justifié une telle décision en France : la variole (1902-1984), la diphtérie (1938), le tétanos (1940), la tuberculose (1950-2007), la poliomyélite (1964). Plus récemment, 11 vaccins du nourrisson ont été rendus obligatoires en 2017. Promouvoir l’obligation vaccinale, c’est reconnaître l’urgence d’une mobilisation de la communauté nationale dans la lutte contre un nouveau flux pandémique lié aux variants du SARS-CoV-2. Cela exige un effort de communication visant les personnes isolées, vulnérables ou exclues, dépourvues de recours à une information pertinente. L’Académie nationale de médecine et l’Académie nationale de pharmacie rappellent également notre devoir de solidarité internationale à l’égard des populations démunies du privilège de bénéficier de la vaccination."

"Un devoir professionnel fondamental"

"Alors que la progression de la vaccination en France se ralentit, et que le variant delta menace l’accalmie de la crise sanitaire", le Conseil national de l’Ordre des médecins va plus loin et se dit "prêt à accompagner la mise en œuvre de l’obligation vaccinale pour les médecins et tous les professionnels de la santé". "Comme il l’avait déjà fait dans un communiqué du 6 mars 2021, l’Ordre des médecins rappelle que la vaccination des soignants contre la Covid-19 est une exigence éthique et un devoir professionnel fondamental. S’il salue la très grande majorité des médecins s’étant d’ores et déjà vaccinés, il tient à rappeler à ceux ne l’ayant pas encore fait qu’il est urgent de diminuer les chaînes de transmission et de protéger les patients. Cette exigence s’impose à l’ensemble professionnels de la santé (professions réglementées mais aussi aide-ménagères, auxiliaires de vie, agents de service hospitalier…)".

Le 8 juillet, même le professeur Didier Raoult, dont les prises de positions ont souvent été controversées, appelait à une vaccination "systématique" des soignants. "Au vu des enjeux, je suis favorable à la vaccination systématique des personnels soignants, avec les vaccins recommandés pour leur classe d'âge. J'encourage donc tous mes collègues à se rapprocher de leur centre de vaccination", précisait-il dans un tweet.

Rappelons enfin que dès le 30 juin, la Fédération hospitalière de France (FHF) avait appelé à une vaccination obligatoire des professionnels de santé et réclamé de rendre les tests de confort payants. « Je salue la décision du Ministre des Solidarités et de la Santé d’ouvrir la voie à une obligation vaccinale pour les professionnels de santé si le taux de vaccination n’augmente pas significativement dans les prochaines semaines. Nos soignants ont été formidables depuis le début de la crise sanitaire, et je ne les remercierai jamais assez pour leur mobilisation sans faille. Mais il est maintenant de leur devoir de protéger les plus fragiles par leur propre vaccination », avait notamment déclaré le Président de la FHF, Frédéric Valletoux.

 

 

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.