Un guide pour une meilleure nutrition dans le secteur de la santé

Un guide pour une meilleure nutrition dans le secteur de la santé

@pixabay

Le Réseau des acheteurs hospitaliers (Resah) publie un guide intitulé "Comment repenser l'alimentation dans le secteur de la santé?", avec pour objectif d'améliorer la nutrition au sein des établissements de santé.

« Une bonne nutrition, c’est-à-dire un régime adapté et équilibré, est un gage de bonne santé, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais l’alimentation est aussi déterminante lorsqu’il s’agit de lutter contre la maladie, de favoriser la guérison et de contribuer au bien-être», indique le Resah.

Un élément qui doit être pris en considération puisqu'un milliard et demi de repas sont servis, par an, dans les hôpitaux et structures médico-sociales. Pourtant, dans l'inconscient collectif français, un repas servi à l'hôpital n'a pas une bonne image. De plus, la dénutrition des patients reste un problème grave, de même que le gaspillage alimentaire. «330 000 tonnes d'aliments sont gaspillées par an, soit 750 millions d'euros jetés à la poubelle, sans compter l'impact environnemental», précise le Resah.

« L'alimentation, pierre angulaire de l'offre de soins »

Ce mode d'emploi est composé de cinq chapitres. Le réseau évoque, en premier lieu, les carences du système actuel, rappelle ensuite l'importance de l'alimentation en tant que «pierre angulaire de l'offre de soins». Est présenté ensuite un état des lieux du nouveau cadre réglementaire qui permet d'identifier les leviers de ce nouveau projet alimentaire. Le Resah insiste sur le « mieux nourrir en dépensant mieux».

Le réseau souhaite intégrer l'environnement de manière stratégique dans la restauration hospitalière. D'après le guide, le ressenti du patient en termes d'alimentation se divise en trois éléments : 20% concernent les plats et aliments servis, 40% l'environnement proche  de la prise des repas (vaisselle, plateaux, etc), 40% l'environnement large (lieu de restauration, mobilier, éclarage...)

Pour le Resah, « il est nécessaire de remettre le patient au cœur du dispositif, de répondre à ses envies et ses besoins, d’adapter les menus aux profils des convives (pathologie, âge, goûts…) et de redonner au métier de cuisinier une place centrale dans le projet nutritionnel».

Pour en savoir plus : Guide - Comment repenser l'alimentation dans le secteur de la santé ?

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.