Le Dr Béatrice Aubriot, élu à la présidence de la CME du GHU Paris psychiatrie & neurosciences

Le Dr Béatrice Aubriot, présidente de la CME du GHU Paris psychiatrie & neurosciences

La commission médicale d’installation du Groupe hospitalier universitaire Paris psychiatrie & neurosciences, réunie le 20 décembre 2018, a élu à cette occasion sa présidente et son vice président: le Pr Raphaël Gaillard.

101 votants étaient présents sur les 104 inscrits membres de la CME, désignés par leurs pairs à l’issue d’un scrutin à deux tours. Le Dr Béatrice Aubriot s’est portée candidate à la présidence et a été élue par 85 voix. Le Pr Raphaël Gaillard a candidaté en tant que Vice-président et a recueilli quant à lui 84 voix. Deux CME locales poursuivront leur mandat: l’une pour Sainte-Anne, l’autre regroupant Maison Blanche et PerrayVaucluse.

Béatrice Aubriot, psychiatre, formée à l’EMDR et à l’hypnothérapie

La présidente de la CME a entamé sa carrière à l’Etablissement Public de Santé de Ville Evrard (93). Elle y assume des fonctions de chef de service dès 2003 et contribue à la création d’un centre de psychothérapie intersectoriel. Elle rejoint ensuite le Groupe Public de Santé Perray Vaucluse (GPSPV) où elle est nommée chef de pôle du secteur 75G19 (qui recouvre l’ouest du 17ème arrondissement) en 2012. Elle intègre l’EPS Maison Blanche lorsqu’une partie des activités parisiennes du GPSPV y sont transférées. Elue Vice-Présidente de la CME, elle préside également le comité d’éthique de l’établissement. Thérapeute familiale, formée à l’EMDR et à l’hypnothérapie, le Dr Aubriot est particulièrement investie dans le domaine des psychothérapies. Attachée à l’esprit du « secteur » dans la prise en charge des pathologies psychiatriques, elle est placée à la tête du groupe de travail dédié à la «proximité» au sein du Groupement Hospitalier de Territoire Paris psychiatrie&neurosciences. Elle anime à ce titre l’articulation du projet médical partagé avec le réseau des structures ambulatoires au niveau de la capitale. Elle fait également partie du Comité stratégique.

Raphaël Gaillard, normalien et professeur en psychiatrie

pr gaillard ghu paris psychiatrie

Le vice-président de la CME du GHU Paris psychiatrie&neurosciences est normalien et chef du Pôle Hospitalo-Universitaire Psychiatrie Paris 15e, pôle qui reçoit près de 12 000 patients par an, et professeur de psychiatrie à l’Université Paris Descartes. En 2011, il a rendu à la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche un rapport sur l’évolution des statuts hospitalo-universitaires. Il a été membre du directoire du CH Sainte Anne et du Comité Stratégique du Groupement Hospitalier de Territoire Paris psychiatrie&neurosciences. Après une thèse de sciences sur les bases cérébrales de la conscience et un postdoctorat à l’université de Cambridge, il anime à l’Inserm des recherches visant à mieux comprendre l’émergence des idées délirantes et leur fixité ainsi qu’à l’Institut Pasteur des recherches concernant les mécanismes inflammatoires liés aux pathologies cérébrales et la médecine régénérative. Il est également Président de la Fondation Deniker.

Le GHU Paris psychiatrie&neurosciences
Dès le 1 janvier 2019, les hôpitaux Maison Blanche, Perray Vaucluse, et Sainte-Anne s’uniront pour devenir le Groupe Hospitalier Universitaire (GHU) Paris psychiatrie & neurosciences. Après avoir élaboré un projet médico-soignant, repensé l’organisation territoriale des soins parisiens avec 170 lieux de prise en charge répartis dans la capitale, unifié leur gouvernance, il s’agit là de permettre à ces trois établissements de devenir le 1er acteur hospitalier parisien des maladies mentales et du système nerveux. Au total, 60 000 usagers, soit 1 parisien sur 40, sont accueillis chaque année par les 5600 professionnels de santé du GHU, qui compte 600 médecins. L’alliance des neurosciences et de la psychiatrie constitue à la fois un héritage et une identité singulière de ce nouvel hôpital, reconnus par les acteurs du territoire tels que la Ville de Paris. La dimension universitaire du « GHU » rendra possible des interactions permanentes entre pratique clinique, formation, enseignement et recherche.

 

À lire aussi

L'actu du GHT