Quelle mixité dans les formations en santé et quelle égalité professionnelle ?

@pixabay

Où en sommes-nous dans la mixité des formations en santé ? Qu’en est-il de l’égalité professionnelle ? Des femmes ont-elles encore des difficultés pour accéder aux postes les plus prestigieux ? Toutes ces questions ont été abordées le 10 mars dans le cadre de Santexpo Live.

Président de la Conférence Nationale des Présidents de CME de CH, Thierry Godeau a rappelé deux éléments importants : d’une part, la profession médicale est longtemps demeurée masculine. D’autre part, les responsabilités – de chef de service, chef de pôle ou Président de CME – sont davantage reconnues à l’hôpital public en deuxième partie de carrière. Le Président de la CME du CH de la Rochelle a aussi affiché un bel optimisme : dans son établissement par exemple, les chefs de service comptent autant d’hommes que de femmes. « Le sujet renvoie aussi à la politique de l’établissement en termes de projet social, de management et de formation, a-t-il rappelé. Aujourd’hui, les obstacles tombent les uns après les autres. Sachons aussi nous souvenir des progrès accomplis ». Morgane Gode-Henric, Présidente de l’Association nationale des étudiants en médecine de France a rappelé que sur 46.000 étudiants en 2021, 60% sont des femmes. Malgré la féminisation de la profession, elle a pointé des discriminations dans l’accès aux postes de responsabilité : « On demande encore aux femmes si elles comptent avoir des enfants, ce qui n’est jamais le cas pour un homme ».

Infirmier ou infirmière ?

Présidente de la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers, Bleuenn Laot a dressé un constat différent : 80% de femmes et (seulement) 20% d’hommes suivent la formation d’infirmier. "Notre profession reste un métier identifié comme féminin, constate-t-elle. Ensuite nos carrières évoluent peu : malgré le déséquilibre de départ, nous retrouvons autant de femmes que d’hommes parmi les cadres. Mais les discriminations existent aussi pour les hommes. Certains infirmiers sont appelés « l’homme fort » ou « le beau jeune homme » C'est insupportable".

Pour lever les freins persistants et encourager l'égalité, différents programmes ont été mis en place au sein des établissements. En 2019, la FHF a par exemple signé un accord avec les syndicats pour encourager des plans d’égalité femmes-hommes. « A Limoges, il existe des référents égalité femmes-hommes chez les médecins et les soignants. A Roubaix, le projet « l’hôpital s’arrondit » vise à casser les clichés liées à la grossesse et à faciliter l’aménagement des horaires puis la reprise d’activité après un congé maternité. Dans chaque établissement, il sera bientôt possible de saisir un référent « égalité » pour analyser les problématiques de discrimination et y apporter des solutions », a témoigné Quentin Henaff, Responsable adjoint au Pôle ressources humaines de la FHF. « Beaucoup d’établissements tendent vers la parité en termes de responsabilité. L’hôpital évolue d’ailleurs parfois plus vite que la société comme en témmoigne la parité dans l’accès aux concours des Directeurs d’hôpital qui date de plusieurs décennies », a t-il ajouté. Thierry Godeau a toutefois appelé à utiliser avec précaution le terme "parité". « Je ne suis pas sûr qu’il faille entrer dans des quotas. Il faut surtout favoriser des compétences et mettre la bonne personne au bon endroit sans faire attention au genre », a t-il exprimé.

Violences sexistes et sexuelles

Le sujet des violences sexistes et sexuelles a également été abordé. Morgane Gode-Henric a présenté les résultats d’une enquête menée auprès d’étudiants de médecine de la deuxième à la sixième année : près de 39% d’entre eux disent avoir subi des violences sexuelles, à l’hôpital notamment. Dans 73% des cas, des gestes ou des mots déplacés proviennent d’un supérieur hiérarchique, ce qui complexifie la dénonciation. Seuls 21% des cas sont signalés. Réagissant à ces résultats, Quentin Henaff a tenu à mettre en lumière la volonté des hôpitaux d’organiser ce type d’enquêtes afin d’identifier des solutions.

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.