Prévention du suicide : les nouvelles initiatives de l'association SPS

Prévention du suicide : les nouvelles initiatives de l'association SPS

@pixabay

Pour sensibiliser sur le douloureux sujet du suicide, pour faire connaître la situation inacceptable des professionnels de santé en souffrance et les solutions de prévention, SPS lance sa nouvelle initiative : Qui nous soignera quand les professionnels de santé ne seront plus là ?

Le mardi 30 août, l’association SPS organise, à la Maison des Soignants*, une journée pour lancer sa campagne de communication sur la prévention du suicide : Qui nous soignera quand les professionnels de santé ne seront plus là ? Cette journée sera l’occasion d’établir un état des lieux sur le suicide des professionnels de la santé, et de faire part des solutions qui peuvent exister pour éviter le drame. L’occasion aussi de diffuser, en avant-première, un film court sur la souffrance cachée des professionnels de santé et le risque suicidaire. Un film coup de poing destiné à faire bouger les lignes, briser les tabous et, in fine, prévenir le suicide des soignants.
Réalisé par Marc Gibaja, le film met en scène trois professionnels de santé autour d’une patiente, joués par des comédiens engagés contre le suicide. Au cours d’une banale scène de consultation, les soignants finissent par avouer leur mal-être, et passent à l’acte. Une séquence courte de quelques secondes, et tout est dit, en apportant à la fin des moyens de prévention pour ne pas en arriver là.
Le risque suicidaire touche tous les professionnels du soin et déjà bien avant la crise sanitaire
D’après l’enquête « suicide et professionnels de santé » conçue par l’association SPS et réalisée en 2017, 25% des personnes interrogées avaient déjà eu des idées suicidaires au cours de leur carrière professionnelle. Parmi eux, 25% exerçaient en ville et 39% en milieu rural.
En avril 2018, l’Ordre national des Infirmiers a indiqué que près de 10% des répondants avaient déja eu des idées suicidaires.
En 2021, l’Intersyndicale nationale des internes (Isni) a alerté sur la santé mentale dégradée des futurs médecins. Le taux de suicide chez les internes est en effet évalué à un tous les 18 jours. Par ailleurs, bien qu’il n’y ait pas de données fiables sur le nombre de suicides ou de tentatives de suicide de médecins hospitaliers, les médecins du travail dans les hôpitaux sont les témoins d’une souffrance de plus en plus marquée des professionnels de santé. Un chiffre alarmant ressort d’une enquête de la Société européenne de médecine d’urgence (Eusem) menée au début de l’année 2022 auprès de médecins et d’infirmiers : près des deux-tiers des professionnels de l’urgence seraient en burn out.

Le recours au dispositif SPS

Malgré de nombreux préjugés et la crainte que suscite le suicide, il est possible de le prévenir. Les dispositifs d’écoute, d’orientation et de soutien, comme celui mis en œuvre par l’association SPS, ont toute leur importance dans cette prévention, en permettant d’identifier et de désamorcer la crise suicidaire, d’initier des actions appropriées pour éviter le passage à l’acte. À noter que les appels via le N° vert SPS : 0805 23 23 36 ou via l’application SPS (téléchargeable gratuitement) renvoient vers la seule plateforme ouverte 24/7, avec 100% de décrochés par des psychologues cliniciens formés. Ils sont gratuits, anonymes et confidentiels.
Au-delà de l’écoute, les psychologues réorientent vers le Réseau National du Risque Psycho-Social créé en 2018 par SPS, pour une prise en charge médico-psychologique si besoin. Le dispositif d’appel et d’accompagnement psychologique SPS est ouvert uniquement à l’ensemble des professionnels de la santé et des étudiants, soit plus de 6 millions de personnes en France.

* Maison des soignants, 4 rue de Traktir, Paris 16e

Dispositif SPS : le bilan en quelques chiffres
Depuis sa mise à disposition il y a six ans, le numéro vert SPS, accessible en composant le 0 805 23 23 36, a reçu plus de 18 000 appels, dont près de 14 000 depuis la crise sanitaire.
De janvier à juin 2022, la plate-forme a reçu plus de 3 000 appels, soit près de 15 par jour, dont plus de 30% reçus la nuit et le week-end. Sur l’ensemble des appels recueillis en 6 mois en 2022, plus de la moitié étaient classés de niveau 1 (« anxiété plus ou moins addiction »), mais 4 étaient de niveau 5 « risque de passage à l’acte imminent » et près de 100 de niveau 4 « idéations suicidaires ». Parmi les 4 appels de très grande urgence, 2 émanaient d’étudiants, 2 de professionnels de la santé. Au total sur les deux dernières années, la plateforme a permis de répondre à près de 500 appels de personnes à risque suicidaire (imminence du passage à l’acte ou idées suicidaires). Grâce à elle, il a été possible d’adopter des comportements de soutien et de désamorçage de la crise suicidaire.
Près de 50% des appels ont fait l’objet d’une réorientation, et notamment vers un psychologue en face à face (20%), le médecin traitant (10%), le psychiatre (8%) ou encore d’autres réseaux (Morphée, médecine du travail, médecine universitaire, associations, service social…). À noter que les appels de niveaux 3 à 5 – « épuisement professionnel », « idéations suicidaires » et « risque de passage à l’acte imminent » – sont systématiquement réorientés vers un médecin généraliste et un psychiatre.
Ce dernier bilan d’activité de la plateforme d’appel SPS démontre bien l’importance de la mise à disposition d’une telle structure d’écoute, d’orientation et de soutien des soignants en souffrance. 

Pour plus d’informations : https://www.asso-sps.fr/prise-en-charge/psychologique/dispositif-sps

Créée en novembre 2015, SPS est une association nationale reconnue d’intérêt général qui vient en aide aux professionnels de la santé et aux étudiants en souffrance et qui agit en prévention pour le mieux-être. SPS réalise des enquêtes, met en œuvre des actions et développe des outils innovants pour améliorer la qualité de vie des professionnels de la santé et des étudiants, prévenir et protéger leur santé, optimiser leur activité.
Plus d’informations : www.asso-sps.fr



À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.