Enquête : avec le rebond de la Covid-19, les Français comptent plus que jamais sur l’hôpital

Les résultats de l'Observatoire MNH de la santé en France présentés le 6 octobre indiquent qu'avec le rebond de la Covid-19, les Français comptent plus que jamais sur l’hôpital et les personnels hospitaliers pour les protéger… mais attention, ces derniers sont eux-mêmes en souffrance.


Six enseignements clés sont à retenir de ce sondage :

1) Le virus inquiète les Français (77%) comme les soignants (84%), mais ils font confiance aux acteurs de la santé et au système hospitalier : 92% font ainsi confiance aux médecins et 96% aux infirmières. Plus de 8 Français sur 10 sont aussi reconnaissants au système hospitalier d’avoir su faire faire face à la crise sanitaire au printemps dernier.

2) Malheureusement, alors que pour 2 Français sur 3 (63%), l’avenir des établissements de santé constitue un enjeu de société majeur pour l’avenir, 8 Français sur 10 et 9 soignants sur 10 ont le sentiment que l’hôpital public français est en danger et estiment que la qualité des soins qu’ils fournissent va se détériorer à l’avenir.

3) Les Français comme les professionnels hospitaliers sont 8 sur 10 à penser que les moyens humains, financiers et matériels dont disposent actuellement les hôpitaux publics sont insuffisants. Par ailleurs, le lien de l’hôpital avec son environnement est jugé défaillant par les professionnels tout comme le parcours de soin des patients (67%) ou encore le niveau de préparation et de formation des professionnels de l’ambulatoire.

4) Les professions de santé font toujours rêver les Français (71% recommanderait à leur enfant d’être médecin) et jouissent d’une bonne image auprès de leurs collègues… mais les trois-quarts des PS/PH ne recommanderaient pas à leurs enfants d’exercer leur métier.

5) Toutes les dimensions du métier de professionnel hospitalier sont jugées en dégradation : aussi bien les conditions de travail (84%), que la rémunération (71%) ou encore l’intérêt du métier (85%). Les professionnels sont convaincus que leur travail n’est pas reconnu à sa juste valeur (82%) et qu’ils ne disposent pas de perspectives d’évolution motivantes (74%). Résultat, l’insatisfaction au travail ne cesse de progresser passant de 36% en novembre 2017 à 56% aujourd’hui.

6) Les conséquences de cette image abîmée et de cette insatisfaction au travail sont lourdes : ils ne passent pas assez de temps avec leur famille (67%), ce qui génère des tensions avec elles (60%) et ils courent aussi des risques de burn-out bien plus importants que les autres (65% vs 39%).


Aussi est-il important d’agir pour modifier la donne et « réenchanter » ces professions et l’attrait qu’elles suscitent. Le Ségur de la santé poursuivait cet objectif, malheureusement, ni les Français (72%), ni les professionnels hospitaliers (49%) ne sont au courant de ce qu’il comporte et ils jugent insuffisantes les avancées qui ont été proposées, y compris l’augmentation de salaire de 180€ par mois (85% des 61% des Français la jugent insuffisante).

capture decran 2020 10 14 a 09.54.25 

  

L’ŒIL DE L’EXPERT : GERARD VUIDEPOT

L’observatoire MNH de la santé en France est riche d’enseignements et nous oblige de constater que, quelle que soit la génération qui s’exprime, les opinions convergent.
Ces professions sont toujours choisies par vocation. Les valeurs d’entraide, de solidarité, d’empathie sont toujours fortes et profondément ancrées dans ces métiers du soin. Toutefois les conditions de travail ne sont plus les mêmes, et l’attrait a faibli.
Alors que pour les professionnels de santé, leurs métiers restent un véritable choix d’orientation et qu’il s’agit pour 85% d’entre eux d’un choix par vocation. La nouvelle génération semble désenchantée, et ne souhaite pas que ses propres enfants exercent ces métiers, pourtant essentiels et tellement honorables.
Je constate aussi que les personnels hospitaliers, en cette année si particulière de crise sanitaire, sont inquiets pour leur propre santé et craignent d’être contaminés par la Covid-19 pour 69 % d’entre eux. Depuis le début de l’épidémie, notre mutuelle est solidaire des efforts déployés pour lutter contre la propagation du virus, toutes les entités de la MNH rassemblent leurs forces, leurs énergies et leurs motivations et sont aux côtés de tous les professionnels de santé et du social.
Les résultats de l’Observatoire montrent aussi que la qualité de vie au travail et les conditions dans lesquelles le personnel hospitalier exerce sont déterminants. Les facteurs de stress, de surmenage voire de burn out sont un risque très présent quelle que soit la génération, 79% des étudiants craignent ce risque. La MNH contribue par des actions de prévention à agir sur les troubles musculo-squelettiques, en proposant des ateliers de relaxation, de luminothérapie ou des conseils diététiques… pour soulager tous les hospitaliers et leur permettre de lutter contre l’épuisement professionnel.
La crise sanitaire est venue renforcer les valeurs de l’hôpital comme l’entraide entre ses différents métiers, l’écoute entre le personnel et tous les professionnels en « première ligne ». C’est un rapprochement et une cohésion indispensables au bon fonctionnement de l’hôpital.

 

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.