Alerte rouge sur la santé des professionnels de santé

@pixabay

La Mutuelle Nationale des Hospitaliers (MNH) publie son quatrième « Carnet de santé des Français et des personnels de santé et hospitaliers », assorti d’une étude approfondie sur l’état de santé des personnels de santé qui révèle une situation particulièrement inquiétante. Comme l'exprime le Dr Philippe Denormandie, Directeur des relations publiques et médicales de nehs, "il est urgent que les Français prennent soin de leurs soignants !"

L'étude menée auprès de plus de 6 000 professionnels de santé sur leur état de santé physique et moral (1) met en lumière un état de santé préoccupant, tant sur le plan physique que moral. Si cet automne les Français ont été peu affectés par des problèmes de santé - « seulement » 21 % de malades, soit 2 points de moins que lors de deux derniers automnes -, 38 % des personnels hospitaliers ont été malades au cours des deux derniers mois... soit presque deux fois plus que la population générale et 6 points de plus que l’année dernière à la même époque ! Cause ou conséquence de cela : leur satisfaction au travail s’effondre.

Prise de risques

Les professionnels de santé apparaissent comme de mauvais élèves en matière de prévention : 2 soignants sur 5 (18 %) et surtout 6 médecins sur 10 (55 % des généralistes et 61 % des spécialistes) n’ont pas de médecin référent. 53% des soignants – et plus de 6 infirmiers et aides-soignants sur 10 – ne se font jamais vacciner contre la grippe. En outre, nombre d'entre eux présentent des comportements à risque : 1 médecin sur 10 (11 % des spécialistes et 8 % des généralistes) consomme de l’alcool quotidiennement et 3 sur 10 en consomme plusieurs fois par semaine. Plus d’un soignant sur dix (12%) fume quotidiennement et près d’un sur quatre (22%) fume occasionnellement... La prévalence observée double auprès des infirmiers et aides-soignants (20 à 22 % de fumeurs quotidiens) pour rejoindre les niveaux observés en population générale. Autre élément inquiétant, plus d’un tiers des soignants (35%) et près d’un infirmier (45%) et aide-soignant sur deux (56%) n’a aucune activité́ physique régulière.
En matière de prise des repas sur leur lieu de travail, les professionnels de santé s’alimentent mal et accordent peu de temps à ce moment : 37 % des soignants prennent exceptionnellement, voire jamais un repas assis. Ce chiffre s’élève à plus de 48 % pour les sages-femmes et les aides-soignantes et  avoisine les 45 % pour les infirmières et les masseurs-kinésithérapeutes. C’est le cas pour 40 % des spécialistes et 31 % des généralistes.

Surmenage

Le surmenage/burnout guette les professionnels de santé : en moyenne, près de 6 soignants sur 10 travaillent le week-end (15 % presque toujours et 44 % régulièrement) … le chiffre culmine à 9 sur 10 auprès des infirmiers et des aides-soignants.
Près d’un quart des professionnels de santé́ (23 %) a des troubles du sommeil quotidiens et la moitié en souffre au moins une fois par semaine (51%). A ces résultats préoccupants sur leur sommeil et leur vie privée « vampirisée » par le travail... s’ajoute le fait que les professionnels de santé posent deux fois moins de journées d’arrêt de travail (7,5 jours en moyenne par an contre 14 jours pour les salariés français dans leur ensemble) que la population générale... le burnout guette. Il existe de très nombreux facteurs de stress qui rendent le quotidien des professionnels difficile : au premier rang figure : « le travail empêché », c'est-à-dire l’incapacité à pouvoir exercer correctement son travail et « les comportements des patients » (agressivité, insultes, manque de considération et ce, à un niveau extraordinairement préoccupant).

Pour le Dr Philippe Denormandie, Directeur des relations publiques et médicales de nehs : « Le surmenage guette les professionnels de santé. Ils sont plus affectés par des problèmes de santé que les Français et le surmenage les guette. Population bien connue de la MNH, les infirmiers et les aides-soignants sont lourdement affectés par les principaux facteurs de stress et notamment les mauvais comportements des patients car ils sont le plus souvent en première ligne. Je pense qu’il est urgent que les Français prennent soin de leurs soignants ! ».

1 - Le sondage « Carnet de santé » de la Mutuelle Nationale des Hospitaliers est réalisé par Odoxa en collaboration avec l’université de Bourgogne-Franche-Comté et l’association Soins Professionnels en Santé (SPS). Le Carnet de santé des Français et des personnels de santé est réalisé  en partenariat avec Le Figaro Santé et France Info. L’étude sur l’état de santé des professionnels de santé a été menée en collaboration avec le Pr Didier Truchot de l’université de Bourgogne-Franche-Comté, l’association SPS et les titres spécialisés en santé : Le Quotidien du Médecin, Le Quotidien du Pharmacien, Le Généraliste, infirmiers.com, Kiné Actualité et Maxil’air.

 

À lire aussi