Psychiatrie : un modèle en transformation

"Conduire le changement en psychiatrie et santé mentale" sera le thème du congrès international organisé par l’Association des établissements du service public de santé mentale (AdESM), les 21, 22 et 23 novembre à Marseille. Face à des sollicitations croissantes et imprécises, les acteurs de la psychiatrie expriment des interrogations et un sentiment de perte de sens. Leur inquiétude porte sur l’avenir d’une discipline en pleine mutation et dépasse largement la simple revendication de moyens. Un plaidoyer est en préparation. Ses premières pages seront écrites à Marseille où (les meilleurs) d'éminents universitaires et praticiens français et internationaux soutiendront la réflexion des participants, responsables d’établissement, psychiatres (… nommer les professionnels qui sont attendus). Ensemble ils étudieront les conditions et les leviers de la conduite du changement en psychiatrie et santé mentale.

Des transformations profondes de la société justifient la nécessité de repenser les approches scientifiques et les modes de prise en charge, souligne l’AdESMdans son communiqué. Il s’agit de s’adapter à la demande de soins et d’accompagnement des enfants et des adolescents, (des jeunes,) des adultes, des personnes âgées et de leurs aidants. La psychiatrie doit entendre les revendications d’autonomie et de capacité d’agir des personnes et comprendre les nouveaux comportements à risques comme par exempleles addictions qui entraînent des comorbidités nouvelles ou amplifiées.

Dans un environnement très hétérogène où coexistent des démarches innovantes et des modèles hérités des années 50 – 60, quelle place occupera la psychiatrie au sein des nouvelles politiques publiques de santé ? Est-elle prête à évoluer et à adopter les meilleures pratiques sur le fondement des preuves ? Doit-elle s’ouvrir au champ plus large des neurosciences ?

Les journées de l’AdESM : un temps fort pour la psychiatrie.

Pour les professionnels, ces journées seront mises à profit pour se repenser, et en tout premier lieu pour s’interroger sur les obstacles qui freinent une remise en question : « Alors même que la capacité d’innovation est bien réelle, nous semblons handicapés par la diversité des opinions, la complexité des dispositifs et l’instabilité des pratiques, conséquences notamment d’une faible culture de santé publique. Cela entrave le déplacement du système de santé mentale vers le développement de la prévention et de la précocité, et de l’intensité de soins mieux ciblés sur les populations et périodes à risque manifeste. Plus que la psychiatrie, les patients en sont les premières victimes, en termes de perte de chance d’éviter la maladie, de réduire ses effets handicapants et de mieux et plus vite se rétablir », reconnaissent les organisateurs.

Déterminés et convaincus de l’exigence de rénovation des concepts, des cultures professionnelles, et des cadres d’action et d’organisation, l’AdESM et ses partenaires s’engagent à poser un diagnostic sans concession sur la psychiatrie et à étudier les voies d’un renouveau.

Pour en savoir plus http://www.adesm.fr/evenements/journees-adesm/

En savoir plus sur l’AdESM

Fondée dans les années 90, l’AdESM (Association des établissements du service public de santé mentale) est une association de loi 1901 qui fédère les établissements publics et privés à but non lucratif en charge du service public de psychiatrie. Présidée par Pascal Mariotti, directeur du centre hospitalier Le Vinatier, l’association compte parmi ses 200 adhérents des établissements spécialisés en santé mentale et des CHU/CH multi disciplinaires.
L'association assure la promotion, le développement et l’adaptation des institutions du service public de santé mentale aux besoins des patients et des familles, développe le travail en réseau et promeut une dynamique collaborative inter-établissements afin de valoriser et diffuser les expériences et innovations.
Force de proposition dans le domaine de la psychiatrie et de la santé mentale, elle participe à la rénovation de ce service public. Interlocuteur des pouvoirs publics, l'association a instauré des partenariats avec les différentes fédérations d’établissement et conférences d’acteurs dont la conférence nationale des présidents de CME de CHS, l’Union Nationale des Amis et Famille de Malades et Handicapés Psychiques (UNAFAM) et la Fédération Nationale des Associations de Patients en Psychiatrie (FNAPSY). Elle collabore également avec la Fédération Hospitalière de France (FHF), la Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne Privés à but non lucratif (FEHAP) et l’Association Nationale des Psychiatres Présidents et Vice-Présidents de Commissions Médicales d’Etablissement des Centres Hospitaliers (ANPCME).
L’AdESM est cofondatrice du Groupement d’Intérêt Public (GIP) Ascodocpsy, qui constitue un réseau d’une centaine d’établissements, ayant un ou plusieurs centres de documentation et service d’archives. Le GIP Ascodocpsy cible les questions de la documentation et de l’archivage en milieu hospitalier dans une logique prospective.

Contact : Pauline Degorre - Secrétaire générale de l’ADESM - 03 20 63 76 17 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À lire aussi