Spécial Recherche : «Au CH de Valenciennes, la recherche clinique est un axe fort du projet d'établissement», Dr Nathalie Léone, médecin coordonnateur

De gauche à droite : Dr Nathalie Leone (Médecin coordonnateur), Dr Laurie Ferret (Pharmacien, méthodologiste), Stéphanie Wielebski (Secrétaire), Stéphanie Legrand (ARC), Linda Cambula (ARC), Katarina Druelle (ARC), Fatima Ouazar (ARC), Marielle Fery (ARC), Dr Dominique Dautel (Pharmacien référent), Mohamed Ait Sidi Ali (Préparateur en pharmacie) (Crédit photo : Eric Hubert, Direction de la Communication, CH Valenciennes)

Avec plus de 150 études cliniques mises en place en sept ans, le centre hospitalier de Valenciennes, établissement support du GHT Hainaut-Cambrésis, est un investigateur actif dans la recherche médicale. Le Dr Nathalie Léone, médecin coordonnateur de son Unité de Recherche Clinique témoigne de cette dynamique…

Comment s’organisent les activités de recherche au sein de votre établissement? Quels en sont les axes principaux?

L’Unité de Recherche Clinique (URC), créée en 2013, a permis de structurer les activités de recherche dans notre centre hospitalier. L’équipe se compose actuellement de 14 professionnels incluant huit assistants de recherche clinique (ARC) répartis par Pôles, un pharmacien référent des essais cliniques, un préparateur en pharmacie, trois méthodologistes dont le médecin coordonnateur et une secrétaire. La cancérologie représente 30% des études, les principales autres thématiques étant la médecine interne, néphrologie-hémodialyse, la gastro-entérologie, l’anesthésie-réanimation, les chirurgies vasculaire, gynécologique, et bariatrique, la gynécologie-obstétrique, la dermatologie, les maladies infectieuses, l’imagerie…Il s’agit surtout d’études impliquant la personne humaine (RIPH type 1, phases 2 et 3).

Ces activités sont-elles en progression?

Plus de 150 nouvelles études ont été mises en place depuis 2013 par environ 50 investigateurs. Si les missions de l’URC concernent encore essentiellement l’investigation, une activité d’aide au montage de projets (promotion interne) s’initie en lien avec les DRCI de la région et à destination de tous les professionnels de l’établissement. L’an dernier (2018), 79 publications ont eu pour auteurs des praticiens de notre centre, dont plus de la moitié de rang A ou B.
Des appels à projets internes sont organisés régulièrement encourageant des projets de recherche et d’innovation. Ces appels à projets participent à l’instauration d’une «culture recherche» au sein de notre établissement. La recherche clinique est un axe fort de notre projet d’établissement 2018-2022.

Qu’en est-il du financement de ces travaux?

La principale source de financement dont bénéficie notre centre hospitalier depuis 2013 est la dotation MERRI (Missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation) versée par la DGOS. Celle-ci s’élevait à 2,1 millions d’euros en 2019 pour l’enseignement et la recherche (publications et promotion externe). Les surcoûts générés par les études mises en place représentent une source additionnelle de financement.

Quels sont aujourd’hui vos principaux projets de recherche et avec quels partenaires?

Dans notre centre, 70% des études sont à promotion institutionnelle ou académique. Les principaux établissements partenaires sont l’APHP, le CHU de Lille, et le CLCC Centre Oscar Lambret (COL). Plusieurs études sont à l’initiative de groupements de recherche clinique tels ALFA – GRAALL – LYSA-LYSARC, FIM, IFM, ARCAGY-GINECO, GFTC, FFCD, GETAID. Nous travaillons également dans plusieurs spécialités avec les laboratoires pharmaceutiques.
Notre centre contribue activement à la déclaration des cas incidents de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin dans le cadre du registre EPIMAD, actuellement la plus grande étude prospective mondiale en population générale sur la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. Par ailleurs, notre établissement est reconnu centre de compétence maladies rares (CCMR).
Notre établissement fait également partie du projet StARCC (Structuration de l’Activité de Recherche Clinique en Cancérologie) financé par le GIRCI Nord-Ouest, qui a pour objectif d’augmenter le nombre d’inclusions en cancérologie, de favoriser l’accès à l’innovation thérapeutique et d’améliorer la visibilité de la recherche clinique en région.
Des partenariats universitaires et scientifiques existent entre notre centre et les Universités de Lille et Polytechnique des Hauts de France (UPHF, Valenciennes).
Le centre hospitalier de Valenciennes fait partie du Groupement régional de la recherche clinique (G2RC) qui fédère une dizaine d’établissements de la région dont le CHU de Lille, le CLCC COL et le GHICL, ainsi que de la Fédération régionale de recherche en psychiatrie et santé mentale Hauts de France (FR2SMPsy).
Notre centre a rejoint récemment en tant qu’adhérent le Comité National de Coordination de la Recherche (CNCR).

Quelle est la place de la recherche dans la formation des personnels?

En collaboration avec le G2RC, des formations internes vont être programmées incluant l’initiation à la recherche pour les paramédicaux et une formation aux Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) en présentiel et en e-learning pour les praticiens. La participation à des formations extérieures est encouragée.

Quels sont selon vous les atouts et les faiblesses de la recherche en CH?

La pratique d’activités médicales variées assurant le potentiel de recrutement des patients, l’intérêt de la plupart des équipes médicales et paramédicales pour la recherche clinique, et l’existence de collaborations avec les établissements hospitalo-universitaires sièges de DRCI sont autant de points d’attractivité. Mais l’absence de statut de praticien chercheur, et donc de temps dédié, reste un frein au développement de la recherche en CH.

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.