COVID-19 : une étude chinoise sur la persistance des symptômes

COVID-19 : une étude chinoise sur la persistance des symptômes

@pixabay

Une étude chinoise s'est concentrée sur la persistance des symptômes de Covid-19. L'enquête révèle qu'au moins un symptôme est observable sur un tiers des patients hospitalisés, un an après leur séjour en établissement de santé. Des résultats publiés dans The Lancet,

« La proportion de patients avec encore au moins un symptôme ou une séquelle a diminué de 68% après six mois, à 49 % après douze mois », indique l'étude. À l'inverse, la dysnée augmente légèrement durant le même intervalle. Elle passe de 26% après 6 mois, à 30% au bout de 12 mois.

Lors de la visite des 6 mois, des anomalies concernant la tomodensitométrie pulmonaire sont observées chez plus de 175 patients. Ils sont invités à repasser cet examen, lors de la visite des 12 mois. Sur les 118 patients ayant effectué ce nouvel examen, la proportion de patients avec anomalie a diminué, mais reste élevée. En particulier, chez les patients admis en soins intensifs. Une légère progression de l'anxiété ou de la dépression a aussi été constatée, passant de 23% à 26%.

Les femmes plus touchées

L'équipe de chercheurs souligne que les femmes ont 43% de chances en plus de souffrir d'asthénie ou de faiblesse musculaire persistante que les hommes. Elles ont également deux fois plus de chances d'éprouver de l'anxiété ou une dépression. Elles sont aussi trois fois plus touchées par une baisse de la capacité respiratoire.

Un soutien à long terme

Malgré la persistance de ces symptômes, plus de 88% des patients ont repris leur travail, un an après leur hospitalisation. « La récupération de certains patients prendra plus de temps qu'une année », souligne toutefois le professeur Bin Cao, auteur principal de l'étude. Le médecin chinois mets en garde les autorités nationales contre le Covid long, « les systèmes de santé doivent se préparer à apporter un soutien à long terme ».

Pour en savoir plus : Étude publié dans The Lancet

L'étude
Pour cette investigation, les chercheurs ont évalué 1206 patients à leur sortie de l'hôpital de Wuhan à 6 et 12 mois entre janvier et mai 2020. Leur évaluation s'appuie sur un examen physique, un test de marche de 6 minutes ainsi que des examens complémentaires.

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.