L'hôpital, le secteur professionnel le plus exposé aux risques psychosociaux

L'hôpital, le secteur professionnel le plus exposé aux risques psychosociaux

@pixabay

L’exposition à de nombreuses contraintes liées aux conditions de travail demeure, en 2019, nettement plus marquée dans le secteur hospitalier qu’ailleurs. Tel est le constat pointé par le dernier rapport de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) sur les conditions de travail avant le COVID. 

« L’exposition à de nombreuses contraintes liées aux conditions de travail demeure, en 2019, nettement plus marquée dans le secteur hospitalier que pour l’ensemble des salariés : intensité temporelle, contraintes horaires et physiques, demandes émotionnelles et conflits de valeur sont notamment présents. L’entraide entre collègues et le sentiment d'utilité sont cependant plus favorables par comparaison à l’ensemble des salariés », indique la Drees.

Son dernier rapport sur les conditions de travail dans le secteur hospitalier montre que la situation s'est dégradée depuis 2016. En 2019, près de deux tiers (60%) des médecins considéraient travailler sous pression, contre seulement 53% en 2016. Un taux qui grimpe à 65% pour les sage-femmes. En comparaison, les autres secteurs professionnels ne sont touchés qu'à hauteur de 34%. Cette dynamique concerne particulièrement le domaine hospitalier. « 65 % des aides-soignants salariés d’établissements hospitaliers déclarent devoir toujours ou souvent se dépêcher, contre 44 % des aides-soignants qui ne travaillent pas à l’hôpital », détaille la Drees.

Intensité du travail

La charge émotionnelle

Face à autant de pression professionnel, « le fait de devoir toujours ou parfois cacher ses émotions est fréquemment déclaré par les salariés du secteur » et partagé par 39% des médecins interrogés. Une hausse de 10 points par rapport à 2016. De plus, l'empiètement de la vie professionnelle dur la vie privée est prégnant : «17% des salariés tous secteurs confondus déclarent que leurs horaires ne s’accordent pas bien ou pas du tout avec les engagements sociaux et familiaux, ils sont 27% dans le secteur hospitalier ». La Drees relève toutefois un point positif dans ce constat : près de la totalité des répondants (92%) estiment pouvoir compter sur leurs collègues, dans une situation difficile. Un nombre qui retombe à 63% pour les salariés pouvant compter sur leur supérieur hiérarchique.

Crise des vocations

La Drees confirme aussi la perte de valeurs subies par les infirmières, sage-femmes et aides-soignants, observant que «le décalage entre charge de travail, exigences associées au travail et moyens disponibles pour le réaliser est susceptible d’alimenter ces sentiments ». De manière générale, les soignants évoquent aussi un manque de reconnaissance et expriment de moins en moins la volonté d'exercer leur carrière. Seulement 62% des soignants souhaitent poursuivre leur parcours professionnel, contre 77% en 2016.

Pour en savoir plus : Le rapport de la Drees

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.