Plan HealthTech : comment favoriser les grandes réussites industrielles dans la santé ?

@pixabay

Plusieurs organismes de conseil s'associent à Bpifrance afin d'aider les start-ups françaises de la santé à atteindre leur potentiel. La banque d'investissement considère que ces « healthtechs » vont jouer un rôle crucial dans la réindustrialisation de la France ainsi que dans le renforcement d'une souveraineté européenne.

Pour assurer l'avenir de ces entreprises, Bpifrance s'est associé à trois cabinets et associations de stratégie : le Boston Consulting Group, spécialisé dans les stratégies business, Bio-Up, une société de conseil en santé et France Biotech, une association indépendante orientée vers les healthtechs. De cette collaboration est né le « Plan HealTech : du vivier aux grandes réussites ». Ce plan s'appuient sur plus de 35 témoignages de dirigeants d'entreprises, d'experts de la santé, de spécialistes de l'investissement et de représentants des pouvoirs publics.

Le dilemme de la valorisation

La France compte 61 entreprises healthtechs, avec une capitalisation de près de 70% en an. Toutefois, il n'existe pas d'acteurs français ayant dépasser le milliard d'euros de valorisation. Alors que nos voisins allemands en comptent déjà 6 pour seulement 40 healthtechs.

Selon les données du hub (une large structure logistique) de Boston, ce secteur d'activité pourrait représenter 180 000 emplois directs et indirects sur le territoire français d'ici 2030. L'analyse d'autres hubs révèle que « ces entreprises en forte croissance procurent un effet d'entraînement sur les autres et permettent d'enclencher un cercle vicieux », précise Bpifrance. La banque poursuit en expliquant que le succès de ces industries est « absolument critique pour notre ecosystème français ».

Trois grands axes d'action

 

Afin de favoriser le changement d'échelles des biotechs, Le Plan HealthTech a été développé autour de trois axes d'action.

« Axe 1 : Talents, exécution, accompagnement »

Il faut s'assurer que les entreprises puissent assumer des enjeux d'échelle multinationale. Pour cela, Bpifrance propose de mobiliser une palette d'experts pour aider les entreprises à anticiper les choix stratégiques de développement. Il est aussi nécessaire de vérifier leurs capacités d'exécution pour des standards industriels internationaux.

La banque d'investissement conseille également la mise en place « des mesures sectorielles d'accompagnement des entreprises sur les territoires prioritaires ». Ce qui pourra favroriser la diversité et l'expérience des fonds d'investissements spécialisés dans la biotech. Ces fonds devront également avoir une expertise internationale ainsi que la capacité d'intervention suffisante.

« Axe 2 : Politique industrielle de santé et structuration des filières »

Bpifrance explique que des priorités par thèmes et géographies doivent être définis. Une sélection de hubs prioritaires doit être créée. L'objectif est de concentrer les chances de réussites dans des zones délimitées « afin de bénéficier des effets de proximité et renforcer les acteurs locaux ». Ce deuxième axe impose aussi de soutenir des thématiques clés : « développement de capacités de bioproduction, la digitalisation du secteur, la collecte et l'accès aux données à tous les stades du processus d'innovation( recherche, recrutement dans les essais cliniques, parcours de soins, données de vie réelle ».

Le dernier point, de cette orientation, est la création d'une Agence innovation santé. Un responsable chargé de définir et de conduire une politique d'industrielle d'innovation, de l'amont jusqu'à la fixation des prix en passant par les sujets d'accès au marché. Cette agence doit établir un chemin de création, avec une valeur médicale et financière.

« Axe 3 : Cadre administratif et attractivité »

Les efforts pour simplifier le cadre administratif doivent se poursuivre. Il en va de même pour la collaboration entre les organismes de transfert de technologies, ainsi que le renforcement de l'attractivité de la France pour les essais cliniques.

Ce qu'ils en disent...

« La HealthTech française a doublé son chiffre d’affaires en 5 ans et les biotechs ont vu leurs portefeuilles avancer vers la commercialisation. Il reste toutefois du chemin à parcourir. J’invite la France à s’inspirer des “hubs” multidisciplinaires internationaux. Leur expérience montre que les succès ont un effet d’entraînement sur les autres entreprises », précise Marie Humblot-Ferrero, directrice associée au BCG.

« Les réussites entrepreneuriales déclenchent un cercle vertueux autour d’elles. Il suffit de quelques grands succès pour créer un vivier de talents et attirer de nouveaux investisseurs. L’excellence dans l’exécution et l’industrialisation est clé – nous ne devons pas hésiter à embaucher des experts internationaux ou faire revenir des français installés à l’étranger », détaille Elsy Boglioli, dirigeante et fondatrice de Bio-Up.

« L’écosystème HealthTech a beaucoup grandi ses cinq dernières années. Notre défi est désormais celui du renouvellement de l’ambition collective de tous les acteurs pour que la HealthTech devienne un grande filière technologique pour la France », commente Paul-François Fournier, directeur exécutif Innovation de Bpifrance.

« Pour favoriser le succès de la HealthTech, il nous paraît aujourd’hui important d’assurer une continuité et une coordination entre la dynamique entrepreneuriale et le système de santé. Pour cela, les autorités de santé doivent définir leurs priorités en matière de besoins et contribuer à accompagner la création de valeur médicale et le déploiement des innovations pour que les patients en bénéficient le plus rapidement possible. Pour réintroduire cette politique industrielle offensive dans la santé, nous appelons à la création d’une Agence de l’Innovation Santé », conclut Franck Mouthon, président de France Biotech.

Pour en savoir plus, cliquer ici

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.