Hospi'Up : un nouveau guide pour propulser l'innovation dans le système de soins

72% des établissements de santé n’ont jamais travaillé avec une start-up. C’est ce que rapporte le Fonds FHF Recherche et Innovation, dans son guide : Hospi’Up. Lors de sa présentation le 9 février, Enguerrand Habran le directeur général du fonds de dotation a insisté sur la nécessité de cet outil pour renforcer les collaborations entre les start-ups et les établissements de santé publique.

Pour 74% du personnel hospitalier, la Covid-19 a dégradé leurs conditions de travail, selon le Collectif Santé en Danger. Pour contrer cet impact, les établissements de santé recherchent des innovations logistiques, numériques… Ils collaborent parfois avec des start-ups. «Ce sont de vrais leviers d’efficience», estime le directeur général du Fonds FHF.

Le guide Hospi’Up a été pensé pour simplifier ces partenariats. Les deux secteurs possèdent un guide personnalisé. Chacun pouvant ainsi comprendre l’organisation et l’écosystème de l’autre mais aussi éviter les mauvaises surprises. Une autre ambition, évoqué par Enguerrand Habran est de réduire les préjugés que chaque milieu peut avoir.

Combattre les idées préconçues

Selon une enquête réalisée par le Fonds FHF, chaque secteur a une vision ambivalente de l’autre. Les start-ups voient les hôpitaux publics comme un lieu de savoir-faire, d’expertise et de connaissance. En même temps, ces structures apparaissent comme complexes, trop hiérarchisées avec une réticence au changement et un faible budget pour l’innovation.

L’inverse est aussi vrai. Pour les établissements de santé, les start-ups sont des entreprises dynamiques, innovantes, réactives, disponibles et adaptables. Elles sont orientées vers le développement de nouvelles activités attractives. L’aspect jeune est à double tranchant, puisqu’il montre une forme d’ambition et d’énergie, mais aussi un manque d’expérience du terrain et une méconnaissance de la réglementation.

Rapprocher les systèmes de valeurs

Pour lutter contre ces préjugés, l’organisation de chaque secteur est détaillée durant plusieurs chapitres, dans les deux guides. Beaucoup d’éléments font écho d’un manuel à l’autre.

Les valeurs sont très importantes pour les deux secteurs, mais elles n’ont pas le même impact. Pour une start-up, cela donne un indice sur la capacité à travailler ensemble. Pour le milieu hospitalier, une valeur définit une sorte d’idéal, vers lequel l’innovation doit tendre. Enguerrand Habran prend l’exemple de la continuité, «un établissement de santé doit fonctionner 24 heures sur 24». Il ne peut donc pas se permettre d’avoir un produit ou un service indisponible entre certains horaires. Ces valeurs doivent donc être intégrées dans le cahier des charges des entreprises.

Une culture organisationnelle différente

Le principal obstacle de ces collaborations repose sur «une culture organisationnelle différente», explique le directeur du Fonds FHF. Ce problème se fait ressentir lors de la phase de déploiement de l’innovation. 60 à 80% de ces projets échouent lors de cette phase.

L’un des points importants, selon Hospi’Up, est de trouver le bon interlocuteur au sein des structures publiques. Convaincre cet interlocuteur permet de faciliter le développement du projet et d’éviter les Shadows Projects, des solutions pensées sans l’aval des représentants de la santé.

Apprivoiser l'évolution numérique

Une entreprise créant une innovation numérique doit ainsi s’allier au directeur des services d’informations de l’établissement, dès le début recommande  le guide. Car si ce responsable est prévenu en dernier, cela risque de créer des problèmes de compatibilité de systèmes, voire de cybersécurité, lors du déploiement.

Les deux premiers freins évoqués par les entreprises sont l’inertie dans la prise de décision et l’inertie dans l’exécution. Beaucoup d’établissements éprouvent une réticence envers le numérique, la transition est d’autant plus difficile.

Pour réduire tous les risques organisationnels, le Fonds FHF a rendu disponible un MOOC de l’innovation. Accessible par les deux secteurs, il s’agit d’un cours de «management du changement», permettant une meilleure gestion lors du déploiement des solutions.

Un Tinder de l’innovation en santé

Hospi’Up, c’est plus qu’un simple guide d’accompagnement. Chaque manuel offre un accès vers une base de données établie par le Fonds FHF. Un agent de la fonction hospitalière publique peut ainsi trouver des solutions innovantes et adaptées à son problème. Une sorte de catalogue de l’innovation, régulièrement mis à jour.

Les start-ups peuvent utiliser cette plate-forme pour construire une réputation dans le milieu de la santé, et établir de nouvelles collaborations. Les entreprises auront une sorte de profil personnalisée. Elles auront la possibilité de voir les structures intéressées par leurs solutions, de montrer les établissements déjà partenaires, voir même d’être mises en «favoris» par les hôpitaux.

L’ambition d’Enguerrand Habran est de faire de cette plate-forme, une véritable base de données de l’innovation en santé. Il souhaite que ce site devienne un véritable réflexe pour la santé publique et les start-ups.
Dans ce but, d’autres présentations seront réalisées dans les prochains mois. La prochaine est prévue lors de Santexpo 2021, au mois de mars.

Pour en savoir plus : Le guide Hospi'Up

 

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.