« Mon observatoire du développement durable » : les établissements se mobilisent !

Pour un quart des répondants, la part d’énergie renouvelable représente plus d’un tiers de leur consommation énergétique totale.

La 2ème édition de « Mon observatoire du développement durable » organisée dans les établissements et services sanitaires et médico-sociaux à l’initiative des pouvoirs publics, de l’ANAP et de plusieurs fédérations (1), a pour objectif d'aider les établissements à évaluer leur maturité dans cinq champs : la gouvernance, les enjeux sociétaux, le social, l'environnement et l'économie. En 2018, la mobilisation était en forte hausse. 

L'édition 2018 de « Mon observatoire du développement durable » a mobilisé 947 établissements et services volontaires, soit deux fois plus de structures qu'en 2017 (426 établissements et services avaient alors répondu). Le secteur médico-social s'affirme également davantage avec 43 % de répondants en 2018 (contre seulement 29 % en 2017).
Les résultats de cette campagne sont présentés dans le rapport «Mon observatoire du développement durable ». Parmi les tendances 2018, nous pouvons noter  que la fonction « développement durable » se professionnalise : le pourcentage de « responsables développement durable » a été multiplié par trois en un an et recouvre aujourd’hui 12 % des structures répondantes. Autre enseignement : la gouvernance est davantage participative dans le secteur médico-social où la part dans les effectifs des salariés en charge d’actions de RSE est plus élevée que dans le secteur sanitaire.
La maturité sur les enjeux sociétaux – mais aussi sociaux – affiche également un taux médian (2) élevé (50%). Les enjeux de qualité de vie au travail sont cités par 89% des structures et l’emploi des personnes en situation de handicap est qualifié de "remarquable dans tous les secteurs, et ce,
quelle que soit l’activité (hors services à domicile) ou la taille des structures".

Autre indicateur encourageant, le volet économique  - qui comprend notamment les enjeux d'achat durable - passe de 35 % en 2017 à 44 % de taux médian en 2018. Les résultats du volet dit environnemental apparaissent en revanche plus contrastés avec un taux médian de 30 %. Si les structures approuvent le recours croissant aux énergies renouvelables, elles témoignent de difficultés à suivre cette politique et à faire diminuer leur consommation d'énergie. En outre, l'ANAP rapporte que "les établissements de tout type d’activités et de toutes tailles suivent avec difficulté leurs consommations énergétiques. Seules 136 structures ont indiqué leur consommation annuelle d’énergie — soit 14 % des répondants".

Pistes d'action

Le rapport propose également des pistes d’action graduées pour accélérer l'appropriation de ces sujets par les établissements et services sanitaires et médico-sociaux qu'il s'agisse de "se lancer" en soutenant les initiatives de professionnels en termes de développement durable ou "d'aller plus loin" en organisant le dialogue avec les parties prenantes de façon constructive en les impliquant le plus en amont possible des prises de décision.

1 - L’Observatoire du développement durable a été créé dans le cadre de la convention sur le développement durable signée en mai 2017 par les acteurs des champs sanitaire, social et médicosocial (FHF, FEHAP, FHP, UNICANCER, Nexem, UNIOPSS, FNEHAD, SYNERPA, FNAQPA), les
pouvoirs publics (ministère des solidarités et de la santé, ministère de la transition écologique et solidaire) et l’agence nationale d’appui à la performance (ANAP).
2- Chaque question permet aux répondants de se classer sur une échelle de 1 à 5. Pour chaque enjeu, un niveau de maturité médian a été calculé.

 

À lire aussi