« Ma Santé 2022 » : l’ADH se positionne

Favorable aux grandes évolutions annoncées par le plan « Ma Santé 2022 », l’Association des Directrices et Directeurs d’Hôpital (ADH) réclame des outils et des procédures simplifiés pour mettre en œuvre les stratégies de groupe public-public et faciliter les coopérations avec les professionnels de santé libéraux. Sans cet effort, les ambitions de la réforme deviendraient caduques. « L’organisation territoriale des soins et la gestion des fonctions support restent marquées par une forte complexité, à rebours des mesures de simplification attendues par les professionnels » déplorent les responsables.

L’ADH souligne au passage le rôle majeur tenu par les dirigeants hospitaliers dans la transformation du système de santé, du fait de leurs compétences spécifiques, de leur engagement et de leur expérience. Confrontés à la réalité du terrain et aux crises profondes dans les régions les plus touchées par la désertification médicale, ces managers appellent à un soutien immédiat. Ils ne veulent pas imaginer que l’augmentation de l’ONDAM « puisse coïncider avec de nouvelles baisses tarifaires ou de dotations budgétaires ».

En écho aux amendements ouvrant les postes d’encadrement à des contractuels, l’ADH rappelle « qu’on ne dirige pas un hôpital comme une entreprise, ni comme une administration classique . Ces métiers exigent une éthique, un positionnement personnel et des compétences spécifiques, que la formation initiale et continue de l’Ecole des hautes études de santé publique (EHESP) développe ou renforce. Ils sont très largement exercés par vocation et par attachement à un socle de valeurs partagées ». Et l’ADH d’affirmer son attachement à une gouvernance équilibrée, donnant aux représentants de la communauté médicale et soignante une place réelle dans le processus de décision et dans le pilotage des équipes et des projets.

« Une réforme efficace demande du temps ; elle demande aussi des moyens pour investir, et de la confiance pour mobiliser les femmes et les hommes qui agissent au quotidien au sein des établissements de santé. » insistent les signataires, le bureau national et le conseil d’administration de l’ADH.

Marie-Georges Fayn

Lire aussi

Plan Santé : les réactions à chaud 

À lire aussi