France Assos Santé s'inquiète des déprogrammations

@pixabay

Avec une situation proche de la perte de contrôle dans plusieurs départements, les patients affrontent une seconde vague de déprogrammation qui toucherait au moins 60% d’entre eux, s'inquiète France Assos Santé. 

Des milliers de patients seraient ainsi contraints de renoncer à leurs soins, leur diagnostic et leur intervention, sans aucune visibilité sur la durée de cette situation. Mais quelles solutions ? s'interroge l'association. "Certes, les mesures actuelles de confinement constituent une réponse mais la crise est déjà là et met le système de santé à genoux. Il est à souhaiter que ces mesures permettent de faire baisser la tension en réanimation, aux urgences et dans les unités de soins".

Pour France Assos Santé, ce nouveau désastre en perspective "appelle des réponses durables, dont la meilleure est aujourd’hui la vaccination, un instrument de prévention exceptionnel. On en voit déjà les résultats tangibles avec les personnes âgées vaccinées en masse dans les Ehpad, qui désertent aujourd’hui les couloirs des unités d’urgence et de réanimation et démontrent que la balance est à l’évidence du côté des bénéfices". C’est pourquoi, France Assos Santé en appelle à une stratégie d’accélération et d’optimisation drastique de la vaccination, en concordance avec les livraisons en masse qui vont arriver. Et l'association ajoute : "il n’est pas tolérable que certains professionnels soignants de ces mêmes établissements, trop nombreux, refusent toujours d’être vaccinés, alors que des doses leur étaient réservées, au détriment de patients prioritaires en ville désespérément à la recherche d’une dose disponible. Ce refus, sauf motif médical de contre-indication vaccinal, est un comportement anti-citoyen".

"De même, dès que la France recevra des doses supplémentaires de vaccins, nous demandons la vaccination généralisée de tous ceux qui dans l’exercice de leur profession ou de leur mission, sont en contact étroit avec du public notamment des patients, écoliers, étudiants, clients, voyageurs, personnes assistées etc…Aujourd’hui, il est urgent de tout faire pour sortir de cette vague de déprogrammations et pour qu’elle soit bien la dernière. Trop de vies sont en danger ! Trop de souffrances générées !", conclut l'association.

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.