« Développer la recherche clinique pour proposer l'innovation à nos patients»: Dr Stéphane Sanchez (CH de Troyes)

Le Dr Stéphane Sanchez, responsable de l’unité de Recherche Clinique et de Recherche en Soins, adjoint au responsable du Pôle IMEP

1,6 milliard d’euros: tel est le montant actuel du financement des activités de recherche, d’enseignement et d’innovation réparti sur 117 établissements de santé rapporte la DGOS (Données 2018). «Les recherches appliquées aux soins et à l’offre de soins et l’innovation sont essentielles à l’amélioration de la prise en charge des patients. Elles constituent un levier d’efficience pour les établissements de santé et pour la médecine de ville, en termes d’attractivité, de démographie médicale et pour la diffusion précoce de l’innovation à tous les patients», souligne le ministère des Solidarités et de la Santé. Avec plus de 170 000 publications par an et quelque 130 premières mondiales, la recherche médicale française apporte sa contribution au progrès. Aujourd'hui, elle se veut plus active dans les centres hospitaliers où elle demeure encore mal évaluée. Le CH de Troyes, établissement support du GHT de l'Aube et du Sézannais, illustre bien cette dynamique. Le Dr Stéphane Sanchez, Responsable de l’unité de Recherche Clinique et de Recherche en Soins et adjoint au responsable du Pôle Information Médicale Evaluation Performance (IMEP), nous en explique les rouages et en présente les grandes orientations.

Comment s’organise l’activité de recherche au sein du CH de Troyes ?

Notre service développe un axe de recherche sur les services de santé (Health Services Research) et les données de santé avec pour objectif d’évaluer l’impact des nouvelles organisations, notamment avec l’instauration des GHT, sur les prises en charge et la qualité des soins. Différents types de travaux et collaborations sont menés ou associés au sein de notre pôle Information Médicale Evaluation Performance (IMEP) transversal au GHT. A savoir : les recherches que nous menons en propre, celles que mènent ou auxquelles contribuent les praticiens du CH et du GHT au sein de sociétés savantes et enfin les thèses produites par nos internes ou nos étudiants dans le domaine paramédical

Quels projets sont actuellement en cours au sein du pôle IMEP?

Notre dernière étude pilote porte précisément sur l’incidence du passage en « direction commune » des hôpitaux dans le cadre d’un GHT. A savoir, quel impact cette réorganisation a sur l’activité, le nombre de passages et si le fait de devoir réorienter les patients influe sur la qualité de la prise en charge, sur la mortalité, etc. Et de fait, les premières conclusions sont rassurantes : on n’enregistre pas de baisse apparente de la qualité soins. Mais ces résultats attendent d’être étayés et confirmés. Une précédente étude a été publiée (1) sur le « case-mix », c’est à dire l'éventail des cas pris en charge par un établissement de santé en fonction des typologies d’hospitalisation : médecine, chirurgie, obstétrique et odontologie, soins de suite ou de réadaptation, hospitalisation à domicile. L’enjeu étant de pouvoir déterminer les profils des patients concernés. Une autre étude est en cours de publication (dans le BMJ Open) sur l’impact de la réorganisation des circuits patients sur les temps de passage aux urgences.

Quelle place accordez-vous aux recherches menées par les équipes paramédicales ?

Promouvoir et valoriser la recherche paramédicale fait partie de nos priorités notamment en ce qui concerne la qualité de vie au travail (QVT) et la relation avec les patients. C’est un levier de cohésion et de motivation des équipes tant au niveau du centre hospitalier de Troyes qu’à l’échelle du GHT. L’une de nos dernières publications en date portait sur la musique en soins palliatifs en cancérologie(2).

Qu’en est-il des recherches médicales ?

Nous nous faisons le relais de la publication des thèses de nos internes et des articles de nos praticiens. Pour exemples : une étude des motifs de prescription de médicaments génériques (3), une autre sur l’adressage par les médecins traitants de patients dépressifs aux urgences psychiatriques(4). Nous valorisons également les travaux réalisés par nos praticiens avec des sociétés savantes ou d’autres équipes de recherche. Parmi les plus récents : une étude sur l’augmentation du taux de survie à 5 ans dans le cancer du poumon (5) et une enquête comparative entre les inégalités économiques, symptômes et qualité de vie chez les patients en cancer avancé en France et aux Etats-Unis (6).

Le CH de Troyes est-il à même de promouvoir des études cliniques ?

Pas encore mais c’est notre ambition à court terme. Nous avons mis en place une petite unité dédiée avec deux attachés de recherche qui offre aujourd’hui un véritable soutien logistique aux praticiens du CH ou du GHT qui initient, conduisent ou participent à des études cliniques. C’est la composition minimale pour pouvoir prétendre à des recherches internationales. L’instauration d’une unité de recherche est un facteur d’attractivité pour notre établissement. Mais surtout, notre objectif est de pouvoir proposer l’accès à l’innovation à nos patients. Nous développons actuellement dans cette idée un screening personnalisé afin de proposer à nos patients l’inclusion dans des études cliniques ciblées.

Références :

(1) Étude de l’impact sur le «case-mix» de la mise en place d’un Groupement hospitalier de territoires (direction commune) J Chrusciel, A Le Guillou, L Lefèvre, D Laplanche, S Sanchez - Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique 66, S38

(2) Music in palliative care: a qualitative study with patients suffering from cancer
Sandrine Pommeret; Jan Chrusciel; Stephane Sanchez, MD, MSc, MPH; Catherine Verlaine, MD; Marilene Filbet, MD; Colombe Tricou, MD; Louise Hannetel, MD- BMC Palliative Care

(3) Factors influencing the use of the "not for generic substitution" mention for prescriptions in primary care: a survey with general practitioners
Beauvais V1, Marque A2, Ferté G1, Chrusciel J3, Souille J4, Nazeyrollas P5, Sanchez S6,7
BMC Health Serv Res. 2018 Nov 12;18(1):850. doi: 10.1186/s12913-018-3652-2

(4)L’orientation des patients souffrant d’un trouble dépressif aux urgences psychiatriques par le médecin traitant est-elle associée à la décision d’hospitalisation: étude …
Pierre Chrétien, P Caillet, F Bouazzaoui, A Kaladjian, N Younes, S Sanchez – Revue L'Encéphale (2019/2/1)

(5) Evidence of slight improvement in five-year survival in non-small-cell lung cancer over the last 10 years: Results of the French KBP-CPHG real-world studies.
Debieuvre D, Locher C, Asselain B, Dayen C, Molinier O, Falchero L, Dujon C, Delclaux B, Grivaux M.
Bull Cancer. 2019 Apr;106(4):283-292. doi: 10.1016/j.bulcan.2019.01.010. Epub 2019 Feb 23.

(6) Inequalities in Financial Distress, Symptoms, and Quality of Life Among Patients with Advanced Cancer in France and the U.S.
Barbaret C1, Delgado-Guay MO2, Sanchez S3, Brosse C4, Ruer M5, Monsarrat L5, Michaud P4, Schott AM6, Bruera E2, Filbet M5
Oncologist. 2019 Mar 15. pii: theoncologist.2018-0353. doi: 10.1634/theoncologist.2018-0353. [Epub ahead of print]

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.