Le Pr Jean-François Mattéi élu à l'Académie de Médecine

Le Pr Jean-François Mattéi

Le Pr Jean-François Mattéi est élu vice-président de l’Académie nationale de médecine pour 2019 et président de l’Académie nationale de médecine pour 2020.

Membre de la quatrième division Santé publique, section Médecine et Société à l’Académie nationale de médecine depuis 2000, Jean-François Mattei a été élu vice-président de l’Académie nationale de médecine le 4 décembre 2018, pour l’année 2019, succédant à Pierre-Emmanuel Cabanis. Il deviendra président en 2020.
Après un baccalauréat de philosophie, Jean-François Mattei s’engage dans les études supérieures médicales. Professeur de médecine et médecin des hôpitaux au Centre Hospitalo-Universitaire de Marseille depuis 1981, Docteur es Sciences, il crée une équipe de recherche dans une Unité de l’INSERM à l’hôpital afin d’étudier les causes des malformations congénitales et les maladies héréditaires. Nommé au Comité consultatif national d’éthique de 1993 à 1997, sur les sujets de génétique et d’éthique, il est conseiller auprès de l’Organisation mondiale de la santé (1997-1999). Il accède à la classe exceptionnelle en 1998 et devient professeur émérite (2012).
A partir de 1983, il s’engage en politique : il est élu conseiller municipal et adjoint au Maire de Marseille (1983-2008), conseiller général des Bouches-du-Rhône (1985-1998), conseiller régional de Provence-Côte d’azur (1998-2002) et député UMP des Bouches-du-Rhône (1989-2002). De 2002 à 2004, il est nommé ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées. Cette période est marquée par la loi de Santé publique, la révision des lois de Bioéthique de 1994, le 1er plan Cancer et la préparation de la loi pour l’accueil du jeune enfant, puis la loi sur la citoyenneté et l’égalité des chances pour les personnes handicapées. Cela lui permet de créer l’Ecole des hautes études de santé publique (EHESP), la Haute Autorité de Santé et l’Agence de biomédecine.
A partir de 2004, il est nommé Conseiller d’Etat en service extraordinaire, affecté à la section sociale jusqu’en 2008. A partir de décembre 2004,
il est élu président de la Croix-Rouge française. Lors de ses deux mandats de président de la Croix-Rouge française jusqu’à 2013, il est également élu administrateur du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à Genève. Depuis 2013, il préside le Fonds de la Croix-Rouge française destiné à développer la recherche et la réflexion éthique dans le champ de l’action humanitaire pour plus d’autonomie des pays aidés.


À lire aussi