Fin de vie : la proposition de loi d'Olivier Falorni

@pixabay

En réaction à l'affaire Lambert, le député PRG de Charente-Maritime Olivier Falorni a déposé une proposition de loi instaurant une hiérarchie entre les membres de la famille et les proches d'une personne en situation d'arrêt des traitements.

 "Je propose qu'à l'image de la loi belge, ce soit d'abord celui avec qui on a mené sa vie volontairement, le mari ou la femme, le partenaire de PACS ou le concubin qui prime en termes de décision sur le ou les enfants majeurs, et ensuite sur le ou les parents" explique Olivier Falorni avant d'ajouter "si on choisi son conjoint, on ne choisit pas forcément ses parents"... 

"J'ai cosigné la proposition de loi de mon collègue Olivier Falorni pour que notre législation institue une hiérarchisation dans la parole des proches. En effet, ceci permettrait de ne plus connaître des déchirements sur la survie d’un être humain, tels que ceux qui ont eu lieu autour du maintien en vie de Vincent Lambert" , a pour sa part exprimé Jeanine Dubié, députée des Hautes-Pyrénées.

À lire aussi