Panne des numéros d'urgence : la réactivité d'Orange jugée "insuffisante"

Panne des numéros d'urgence : la réactivité d'Orange jugée "insuffisante"

@pixabay

Le rapport final sur la panne du 2 juin qui a affecté les numéros d'urgence conclut à une réaction "insuffisante" d'Orange.

Le rapport réalisé par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), l’Inspection générale de l’administration (IGA), l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), le Conseil général de l’économie (CGE) et le Commissariat aux communications électroniques de défense (CCED), relie l'origine de la panne « à des actions de l’opérateur pour permettre une augmentation de capacités d’appels, ayant déclenché un bogue logiciel préexistant sur les équipements ». 

Concernant la gestion de la crise, le gouvernement révèle que l'opérateur a tardé dans « la compréhension pleine et entière des effets du dysfonctionnement sur les services d’urgence », ce qui a ralenti l'action des autorités publiques.

Les auteurs du rapport ont donc formulé une série de recommandations afin qu'un tel incident ne se reproduise pas.Concernant « l’acheminement des appels d’urgence et la résilience globale du système des numéros d’urgence », trois axes ont été définis : adapter le cadre légal, contractuel et technique de la gestion des numéros d’urgence, se préparer à faire face de façon efficace et rapide à ce type de crises et prévenir de nouvelles pannes analogues.

La réponse gouvernementale

Durant l'été, l'État réunira donc la Commission interministérielle de coordination des réseaux et des services de télécommunication pour la défense et la sécurité publique (CICRESCE) avec l'objectif de définir un plan d'actions que les opérateurs devront mettre en œuvre. Ce plan comprendra l'installation d'une supervision technique dédiée, d'un système de remontée d'alerte spécifique aux appels d'urgence, d'une structure de collaboration avec les opérateurs en cas d'urgence, ou encore la réalisation de tests lors de l’introduction de nouvelles méthodes. Dans la même logique, le gouvernement a annoncé sa volonté de réformer le cadre réglementaire en vigueur « afin de renforcer les obligations de résilience et de sécurité applicables aux opérateurs de communications électroniques ».

Un exercice de crise sera également organisé sous six mois par les services étatiques afin d'identifier de nouvelles mesures d'adaptation.

Enfin, le Gouvernement saisira l’Autorité en charge de la régulation des communications électroniques (ARCEP) pour qu'elle puisse confirmer l'intégrité des nouveaux réseaux et garantir la continuité des services fournis.

Pour en savoir plus : Évaluation de la gestion par l'opérateur Orange de la panne du 2 juin et de ses conséquences sur l'accès aux services d'urgence

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.