L'AP-HP expérimente le recyclage de masques chirurgicaux

@pixabay

Face à une utilisation massive des masques chirurgicaux, à usage unique, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a décidé de tester le recyclage de ces masques. L'entreprise Tri-O Greenwishes, chargée du projet, a choisi trois établissements parisiens pour cette expérimentation.

« Actuellement, la consommation de l’AP-HP est de 110 000 masques chirurgicaux par jour », précise le communiqué de l'AP-HP. En conséquence, l'organisme a décidé fin 2020 de trouver une solution adaptée.

Par l'intermédiaire de la région Île-de-France, un appel à manifestation d'intérêts (AMI) à été lancé à la mi-décembre 2020. L'objectif restant de trouver une solution de recyclage adaptée aux établissements de santé. L'entreprise Tri-O Greenwishes, lauréate de l'AMI, va donc expérimenter durant quelques mois le tri des masques avant leur recyclage, dans trois hôpitaux parisiens.

Les établissements

L'AP-HP Saint-Antoine, Neccker-Enfants malades et Rotschild ont été choisis pour ce test. Ces trois structures vont disposer des collecteurs en cartons dans certains services de soins non Covid ainsi que dans les locaux administratifs et techniques :

  • L’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP a choisi le service de la maternité ;
  • L’hôpital Rothschild AP-HP a choisi la pharmacie, la stérilisation, les services de médecine préventive et réadaptation, ainsi que les services logistiques et de bionettoyage ;
  • L’hôpital Saint-Antoine AP-HP a choisi le bloc orthopédique, le service oncologique et le service restauration.

L'expérience

Après avoir recueilli un volume suffisant de masques, Tri-O Greenwishes va décontaminer les déchets avant de recycler les trois éléments du masque ( barrette en métal, élastiques et plastique du masque). Grâce à ce tri, ces déchets pourront être transformés « en une nouvelle matière première plastique qui sera réutilisable par des plasturgistes », explique l'AP-HP.

De plus, ce recyclage a également un impact environnemental positif, « Le recyclage d’une tonne de ce plastique permettra d’éviter le rejet de 1.81t CO2e dans l’atmosphère, de la production à son traitement en fin de vie », détaille le communiqué.

Avec cette expérience, l'AP-HP pourra étudier la faisabilité technique et économique de cette solution. L'objectif final étant de généraliser ce recyclage à l'ensemble des hôpitaux.

Pour en savoir plus, cliquer ici.

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.