Un appel à contribution de la HAS pour mieux coordonner les parcours des personnes confrontées à des difficultés spécifiques

Les recommandations de bonnes pratiques professionnelles de la HAS porteront sur la coordination des parcours des personnes confrontées à la maladie et à la précarité @pixabay

La Haute Autorité de santé (HAS) travaille à l'élaboration de recommandations de bonnes pratiques sur la coordination des parcours des personnes confrontées à des difficultés spécifiques : la place des Lits halte soins santé (LHSS), des Lits d’accueil médicalisés (LAM) et des Appartements de coordination thérapeutique (ACT). Dans ce contexte, la HAS souhaite recueillir des exemples de pratiques concrètes ou de besoins identifiés concernant les thématiques définies dans la note de cadrage. La consultation publique se déroule jusqu'au 31 août 2019.

Les recommandations de bonnes pratiques professionnelles de la HAS porteront sur la coordination des parcours des personnes confrontées à des difficultés spécifiques au sein des LHSS, LAM et ACT, y compris les ACT « un chez-soi d’abord ». Elles s’inscrivent dans un contexte de montée en charge de ces dispositifs, la stratégie de santé 2018-2022 ayant acté le développement des LHSS et des LAM et la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté prévoyant la création de 1 450 places supplémentaires de LHSS et LAM et de 1 200 places supplémentaires d’ACT.

Les "Lits halte soins santé" (LHSS) et les "Lits d’accueil médicalisés"(LAM) sont deux structures d’accueil et d’hébergement pour les personnes en situation de vulnérabilité sans domicile fixe, les "Appartements de coordination thérapeutique" (ACT) étant plus spécifiquement destinés aux personnes en situation de précarité souffrant d'une pathologie chronique invalidante.

Objectifs et enjeux

"L’enjeu principal de ces recommandations est d’aider les professionnels des structures ACT, LHSS et LAM à mieux identifier leur place et leur rôle dans le parcours des personnes confrontées à des difficultés spécifiques, à mieux se coordonner avec les structures d’amont et d’aval et à proposer un accompagnement au plus près des besoins des personnes dans l’objectif d’éviter des ruptures de parcours et de permettre l’accès à un logement durable", indique la HAS.

Un enjeu qui nécessite le renforcement de la coordination entre et au sein des dispositifs afin d’éviter les ruptures d’accompagnement ou de référent. "Ceci nécessite d’organiser la complémentarité des actions sur un territoire pour permettre la continuité des prises en charge sanitaires (médecine et établissements de santé et hospitaliers), sociales et médico-sociales. Egalement, l’enjeu de ces recommandations est d’aider les professionnels des structures à accompagner les usagers dans la définition et la mise en œuvre de leurs projets (de sortie pour les LHSS et de vie pour les autres structures) et de permettre à l’usager de définir son projet et de le mettre en œuvre sans rupture de soins ou d’hébergement", complète la Haute autorité.

Ces recommandations de bonnes pratiques professionnelles s’adresseront à l’ensemble des professionnels intervenants au sein de ces structures et pourront également être utilement consultées par les professionnels des champs sanitaire, social et médico-social orientant des personnes vers ces dispositifs.

À lire aussi