Le CH Annecy Genevois face à la crise sanitaire: "Nous luttons main dans la main avec tous les acteurs de santé du territoire"

Vincent Delivet, directeur général du CH Annecy Genevois (crédit photo @CH Annecy Genevois)

Face au rebond de l'épidémie et dans le cadre de l’activation du plan blanc contre la COVID-19, le centre hospitalier Annecy Genevois (CHANGE), établissement support du GHT Haute-Savoie Pays de Gex, a revu son organisation pour affronter cette nouvelle phase de la crise sanitaire. Entretien avec Vincent Delivet, son directeur général…

Quelle est la situation aujourd’hui du CH d’Annecy Genevois dans le cadre de la crise sanitaire?

Le nombre de patients accueillis a connu une nette accélération ces derniers jours. La situation devient de plus en plus préoccupante. Ce qui nous a conduit à rapidement adapter notre stratégie dans le cadre du plan blanc. A commencer par la déprogrammation des activités chirurgicales et interventionnelles non urgentes ainsi que de certaines activités de médecine. Les consultations sont maintenues. Cette déprogrammation concerne les prises en charge dont le report ne constituerait pas une perte de chance pour les patients. Les activités de médecine en hospitalisation de jour peuvent se poursuivre. La pédiatrie n’est pas concernée par ces mesures.
Les visites sont désormais suspendues sur les sites d’Annecy et de Saint-Julien. L’accès pour les patients se fera sur convocation (consultation ou hospitalisation) et un contrôle sera effectué à l’entrée avec vérification de l’application des gestes barrières (port du masque et friction des mains avec du gel hydro alcoolique).

Quelle organisation a été mise en place en amont au sein du GHT?

Très tôt concernés par la gestion de la Covid-19 avec les clusters des Contamines Mont-Joie, puis de la Balme-de-Sillingy, nous n’avons pas cessé de nous organiser avec les acteurs de santé du territoire tant avec les praticiens libéraux qu’avec les professionnels du secteur médico-social afin de travailler ensemble et apporter une réponse efficace et coordonnée à cette épidémie. C’est dans ce contexte qu’en association avec le Conseil départemental de l’Ordre des Médecins, nous avons réuni les deux GHT du département (GHT Haute Savoie Pays de Gex / GHT Léman-Mont-Blanc), le SAMU, les cliniques privées, les médecins de ville, les laboratoires et autres professionnels de santé de Haute-Savoie afin de mutualiser les moyens et organiser au mieux les parcours patients COVID+ et non COVID sur le territoire. Et nous avons formalisé cette coopération au sein du dispositif CoVaction. En plus des réunions quotidiennes de la cellule COVID au sein de l’établissement, nous avons instauré des points hebdomadaires avec ces acteurs départementaux ainsi qu’avec les représentants des EHPAD et de la filière gérontologique. Nous luttons vraiment la main dans la main avec tous les acteurs de santé du territoire pour faire front dans une réponse globale à cette nouvelle vague épidémique.

Comment abordez-vous ce nouveau rebond de l’épidémie?

Dans le contexte de cette nouvelle phase épidémique nous avons réactivé une cellule COVID au sein de l’établissement et rapidement mis en place un plan de prise en charge des patients en coordination avec les établissements privés et les médecins de ville avec la volonté de maintenir autant que possible les activités hors COVID.
Nous disposons actuellement de 16 lits de réanimation et de 16 lits de surveillance continue sur l’ensemble du GHT. Nous avons aussi la possibilité, de rouvrir 14 lits de réanimation en réserve. Du reste, dans le cadre de notre plan d’action, nous nous sommes coordonnés avec nos partenaires afin de créer sur le site de l’hôpital 50 lits de réanimation supplémentaires avec le renfort de médecins et d’équipements mis à disposition par les établissements privés. De leur côté, les cliniques se sont organisées pour concentrer leur activité de soins critiques sur la prise en charge des patients non COVID et ceux sortis de réanimation.
Pour ce qui est du dépistage, nous avons collaboré avec les laboratoires de la ville d’Annecy pour accroître nos capacités de prélèvements pour les publics prioritaires. Nous avons du reste investi 70000 euros dans l’automatisation de notre chaîne d’analyse PCR et nous sommes sur le point d’embaucher deux techniciens de laboratoire pour accroître notre rendement. Une fois par semaine, un dépistage grand public était organisé sur le site de l’hôpital. Nous sommes tenus, compte tenu de l’évolution de la situation, de réserver à présent ce dépistage aux professionnels de santé et au cas prioritaires.

Dans quel état d’esprit, les équipes médicales et soignantes vivent-elles la situation?

La première phase épidémique a été très éprouvante et laissé un grand fond de fatigue, même si les équipes ont pu prendre des vacances, et nous remercions à ce sujet l’association, « A chacun son Everest » qui a offert cet été aux soignants une soixantaine de séjours. Nous avons aussi employé une bonne part des dons reçus par l’hôpital pour améliorer l’aménagement de certains espaces de repos des personnels. A cette fatigue, s’ajoute aussi l’inquiétude latente de revivre les mêmes périodes de tension extrême. Mais un sentiment d’unité et de solidarité fait que chacun se mobilise. Cette crise sanitaire a fait prendre conscience que l’hôpital est un tout, du soin à la logistique, et qu’il exige l’engagement total de tous. Et je n’ai pas de doute que tous continueront de répondre présents.

Au-delà de la COVID, quels sont aujourd’hui les priorités et les principaux chantiers en cours au sein du CH Annecy Genevois?

L’expérience de la crise sanitaire, mais aussi des précédentes crises managériales qui ont pu secouer l’établissement, nous ont conduits à lancer une consultation auprès de tous les personnels (soignants, non soignants, médicaux, administratifs) sur l’ensemble des questions de RH et de management. Nous avons notamment réalisé, dans ce contexte, une enquête sur les valeurs importantes de l’hôpital auprès des personnels et des usagers. Parmi les principales valeurs plébiscitées, deux ont été désignées unanimement par les deux groupes : le professionnalisme et le respect. Ces deux valeurs essentielles étaient aussi associées à celles de confiance et de solidarité pour les personnels de l’hôpital, et à l’écoute et à la bienveillance pour les usagers. Ces résultats vont nourrir nos réflexions dans le cadre de l’élaboration du nouveau projet d’établissement.

Pour le reste, parmi les principaux projets en cours sur le CHANGE, nous comptons la création d’un plateau de chirurgie et d’anesthésie ambulatoire, la création d’un nouveau service d’urgences adultes et la structuration des urgences pédiatriques et gynécologiques, la construction d’un bâtiment de cancérologie en association avec une structure privée et la réorganisation de certains circuits de soins. Ces extensions vont permettre de restructurer les locaux actuels, de moderniser le plateau de cardiologie interventionnelle, d’agrandir la réanimation et de repositionner les services d’hospitalisation pour avoir une meilleure cohérence dans leurs fonctionnements. L’Institut de formation intégrera en novembre ses nouveaux locaux.
En outre, parallèlement à notre projet d’établissement, nous travaillons au développement d’un volet d’accès aux soins associant l’hôpital et la médecine de ville. Plus largement, dans le cadre du projet médical partagé du GHT, nous nous sommes rapprochés du GHT Léman Mont-Blanc pour consolider l’offre de soins au niveau départemental.

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.