CH de Lens : une dynamique et une ambition fortes pour 2022 !

CH de Lens : une dynamique et une ambition fortes pour 2022 !

Bruno Donius, directeur général du centre hospitalier de Lens

C’est devant une très belle image du futur hôpital métropolitain de l’Artois que Thierry Daubresse, président du Conseil de Surveillance, Bruno Donius, directeur général et le Dr Max Pécheux, président de la Commission Médicale d’Etablissement (CME) ont présenté les vœux du centre hospitalier de Lens.

En 2021, 1.200 patients ont été pris en charge au CH de Lens après avoir été infectés par la Covid-19 et près de 200 ont déjà été accueillis en 2022 pour le même motif. Dans un contexte qui demeure difficile, le Directeur général de l'établissement, Bruno Donius, a donc tenu à remercier chaleureusement « tous les professionnels du Centre hospitalier qui, en lien avec les partenaires et les élus, ont participé à l’effort collectif pour faire face et remplir leur mission de service public ». Il a également rendu hommage aux professionnels des trois autres Centres hospitaliers de l’Artois : le CH de Béthune-Beuvry, celui d’Hénin-Beaumont et celui de La Bassée.
Le Directeur général a ensuite exposé le nouvelle dynamique de l'hôpital, ainsi que les réalisations passées et à venir pour « continuer de proposer à la population des prises en charge d’excellence et de proximité ».
En 2021, l’offre de soins a été renforcée grâce à une forte implication de la communauté médicale : dix lits de chirurgie et seize lits de médecine ont notamment été créés. Et fin 2021, le centre de diagnostic de l’Artois des tumeurs et des cancers du foie a vu le jour.
« Cette nouvelle dynamique est animée par deux démarches complémentaires : le projet médical partagé et la démarche que nous avons intitulée « Ambition 2025, réussir ensemble ». Le projet médical des quatre Centres hospitaliers est ambitieux en termes d’amélioration de la qualité des soins, de définition des filières de soins prioritaires, de graduation des prises en charge ou encore d’organisation des activités. Le CH de Lens travaille plus particulièrement sur trois axes : le développement de l’activité chirurgicale, la consolidation de la position de leader de la maternité sur le territoire et l’augmentation capacitaire des services de médecine », a poursuivi le Directeur général.

Acquisition de matériels plus performants

En 2021, le CH de Lens a acquis une nouvelle pompe à ovocytes pour la PMA. En 2022, c’est un laser prostatique qui complètera les équipements avant l’arrivée en 2023 d’un robot chirurgical. Bruno Donius a également évoqué le travail en réseau mené avec l’ensemble des acteurs. « Le temps de l’hospitalo-centrisme est totalement dépassé. En novembre 2021, une mission commune a ainsi été lancée avec l’Ahnac pour identifier les parcours patients sur lesquels des collaborations sont possibles. Et d’ici l’automne 2022, nous réinstallerons un comité ville-hôpital avant de disposer fin 2023 d’un dossier patient informatisé commun aux quatre Centres hospitaliers de l’Artois pour communiquer plus facilement avec les professionnels de ville et faciliter les relations avec les patients ».

Une digitalisation ambitieuse

En termes de communication, un nouveau site internet, ainsi que des événements en direction du grand public sont par ailleurs en préparation. Autre annonce majeure : Des réservations pour des rendez-vous en ligne seront prochainement proposées et une plateforme permettra aux patients de récupérer plus facilement et plus rapidement leurs résultats d’imagerie et de laboratoire.

Dr Marc Pécheux – Fiers d’être Lensois !
Président de la CME, Le Dr Marc Pécheux a tenu à rendre hommage aux 320 médecins, aux 880 infirmiers et aux 600 aides-soignants « compétents et dévoués », sans oublier « la centaine d’internes, toujours sources d’idées neuves ».
Il a également cité les deux plus mauvais indicateurs de santé du bassin lensois : les cancers et les maladies cardio-vasculaires. "Nous sommes armés pour lutter contre ces deux fléaux. Nous allons développer des partenariats et notamment optimiser la relation ville-hôpital car nous ne sommes rien l’un sans l’autre. Nous allons aussi continuer de développer l’activité ambulatoire et les téléconsultations. Nous investirons également dans l’hôpital digital", a-t-il exprimé avant de terminer sur l’investissement des équipes en matière de recherche « afin d’évaluer de nouvelles prises en charge innovantes ».
Autant d’illustrations de la maxime exprimée par Thierry Daubresse, Président du Conseil de Surveillance : «Préférons l’ambition à la lamentation. »

À lire aussi

L'actu du GHT

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.