Haute-Savoie : « Vers un projet médical départemental »

Sandrine Meilland-Rey

Directrice du projet territorial du centre hospitalier Annecy Genevois (CHANGE), Sandrine Meilland-Rey détaille la dynamique de collaboration du GHT Haute-Savoie Pays de Gex et les enjeux des mois à venir.

Quel premier bilan faites-vous du déploiement du GHT Haute-Savoie Pays de Gex ?
Nous avons approuvé notre Projet médical partagé (PMP) qui se décline en 25 projets, qui tous ont pour objectif l’amélioration du fonctionnement des filières médicales sur le territoire. Quatre de nos dossiers ont par ailleurs été retenus par la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) dans le cadre de l’appel à projets lancé fin 2017 pour accompagner la mise en œuvre du PMP : le dossier télémédecine et la mise en place de trois équipes médicales de territoire. Le GHT a accéléré une dynamique de collaboration préexistante : le projet de territoire issu de l’ex communauté hospitalière de territoire (CHT) nous avait permis dès 2016 de développer différentes actions comme par exemple l’ouverture du centre de santé à Bellegarde-sur-Valserine sous forme expérimentale dès juin 2016, la mise en place d’une consultation avancée de tabacologie, d’une Permanence d’accès aux soins de santé (PASS) et d’un Centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic des infections par les virus de l'immunodéficience humaine, des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles (CeGIDD) au centre hospitalier (CH) du Pays de Gex. Dès l’automne 2017, nous avons aussi structuré la filière de cardio-gériatrie avec le CH de Rumilly et ouvert cinq lits. Nous passerons à dix lits en fin d’année. Enfin, nous avons beaucoup progressé dans le champ de la télémédecine, pour les patients suivis pour insuffisance cardiaque, en rythmologie ou en diabétologie notamment, puisque nous pouvons dorénavant facturer les actes de télésurveillance des patients, grâce à l’entrée du CHANGE dans programme expérimental ETAPES.
Quelques mots également s’agissant des fonctions mutualisées. Nous avons finalisé le schéma directeur des systèmes d’information : le dossier patient informatisé AxiGate sera déployé sur le CH du pays de Gex dès 2019. Nous avons aussi mis en place la coordination de la formation continue au niveau du GHT et travaillé à l’élaboration d’une cartographie fine des achats, cette fonction ayant été mutualisée en janvier 2018.

Quels sont les projets et réalisations que vous aimeriez voir concrétisés au cours des prochains mois ?
La télémédecine est un axe majeur. Elle est développée en diabétologie, en cardiologie, en dermatologie et en gériatrie. Nous avons adopté pour chaque spécialité une démarche projet pragmatique en lien avec les médecins concernés, la direction des systèmes d’information (DSI) et l’Assurance-maladie pour optimiser le processus de facturation de l’acte. Pour toutes ses spécialités nous utiliserons l’aide financière attribuée par la DGOS dans le cadre de l’appel à projet pour créer des emplois dédiés à la télémédecine et accroître le nombre de patients pris en charge. Nous souhaitons aussi associer la médecine libérale très en amont dans les groupes de travail de spécialités, chargés de mettre en œuvre ces actes de télémédecine. Parmi nos projets figurent également l’extension de notre unité de cardio-gériatrie en fin d’année 2018 et le développement des consultations avancées avec l’ouverture d’une seconde consultation hebdomadaire de sages-femmes à l’automne sur le site de Gex. Nous travaillons enfin à l’articulation de notre PMP avec celui du GHT Léman Mont-Blanc, le deuxième GHT de Haute-Savoie afin d’aboutir, à la demande de l’ARS, à un projet médical départemental de cinq filières à l’automne.

Pourquoi le GHT Haute-Savoie Pays de Gex a-t-il changé de nom ?
Il y a eu de longs débats sur le fait de savoir s’il fallait un ou deux GHT dans le département. Nous avons d’abord pris le parti de conserver l’ancien nom « Genevois-Annecy-Albanais » de la CHT créée en 2011 qui réunissait 3 hôpitaux indépendants. L’hôpital de Gex n’en faisait alors pas partie. Quand l’ARS a décidé de créer deux GHT, le comité stratégique et le comité des élus ont souhaité rebaptiser le GHT pour faire apparaître le Pays de Gex, un territoire très spécifique de 80 000 habitants, situé entre la Suisse et le Jura. Nous avions aussi la volonté de mettre en avant le rôle du CHANGE en Haute-Savoie en tant que recours pour l’ensemble du département dans un certain nombre de spécialités - la neurochirurgie, la chirurgie cardiaque, la cardiologie interventionnelle, le centre 15, le SAMU… - d’où le nom « Haute-Savoie-Pays de Gex ».

Comment définiriez-vous un « hôpital territorial » ?
Le CHANGE est issu de la fusion en 2014 entre le CH d’Annecy et l’hôpital intercommunal Sud Léman Valserine à Saint-Julien-en-Genevois, deux sites importants situés sur deux bassins de vie très différents. Le projet d’établissement du CHANGE a donc fait apparaître très tôt la volonté d’offrir des soins d’excellence à une population importante sur un territoire diversifié. La notion de territoire est dans l’ADN du premier projet médical du CHANGE. Cette mission étant aussi celle des GHT, nous avons poursuivi notre réflexion dans le cadre du PMP pour assurer à toute personne vivant sur le territoire un accès à des soins de qualité. D’où la mise en place de consultations avancées sur différents sites et le développement d’un management médical de filières inter établissements.

Le projet d’établissement du CHANGE mentionne « un projet médical alliant proximité, recours et innovation ». L’un de ces trois termes est-il plus important à vos yeux ?
C’est un trépied sur lequel nous construisons l’ensemble de nos projets. Proximité et recours sont les deux objectifs majeurs assignés à l’établissement support du GHT. Et notre volonté de concilier qualité et efficience nous conduit à rechercher des approches toujours plus innovantes. Aucune de ces trois thématiques ne prime sur les autres.

Comment le CHANGE travaille-t-il avec les collectivités territoriales ?
Le CHANGE a développé des partenariats étroits avec les élus, par exemple pour des opérations d’aménagement et de développement. Je pense notamment aux projets d’extension immobiliers du site de Metz Tessy menés en concertation étroite avec les élus de notre territoire ou encore aux opérations de reconstruction de sites dédiés aux personnes âgées dans la ville de Seynod mais aussi à Saint-Julien-en-Genevois. Nous sommes également partenaires et signataires de contrats territoriaux de santé dans le pays bellegardien et dans le pays de Gex. Nous collaborons avec les élus et les partenaires libéraux implantés sur les territoires pour améliorer l’articulation entre l’offre de soins libérale et l’offre de soins hospitalière, élément essentiel de la fluidité de parcours de santé pour l’ensemble de la population.

Contact
GHT Haute-Savoie Pays de Gex
Centre hospitalier Annecy Genevois
1 AV DE L'HÔPITAL, 74370 Metz-Tessy - Téléphone : 0450636363

À lire aussi

L'actu du GHT