GHT Haute-Corse : coopérations, mode d’emploi

"Nous allons maintenant travailler à rapprocher encore davantage les hôpitaux des deux GHT de Corse", explique Pascal Forcioli. @pixabay

Au-delà des fonctions achats et information médicale, les établissements du GHT Haute-Corse développent de nombreuses coopérations sous l’impulsion du centre hospitalier de Bastia.

Dans le cadre du Groupement hospitalier de territoire (GHT), le centre hospitalier de Bastia a mis en place la fonction achats mutualisés, sous la responsabilité de Marie-Christine Viale, directrice des achats, avec une répartition des rôles et un choix de référents par type de marchés associant l’ensemble des établissements du groupement. « Tout n’est pas centré sur Bastia. La construction est collégiale et l’activité animée par Mme Viale, directrice adjointe en charge du secteur. De la même manière, le Dr Patrick Métais, médecin responsable du département d’information médicale (DIM) de Bastia assure la fonction au niveau du GHT, en qualité de DIM de territoire », souligne Pascal Forcioli, directeur du centre hospitalier de Bastia.
Par ailleurs la directrice des ressources humaines du CH de Bastia assure depuis fin 2018 l’intérim de direction du CH de Corte, et une réflexion va s’engager sur de plus forts rapprochements.

Une unité spécifique pour les urgences à Corte

Initiative plus ambitieuse, l’organisation d’un pôle territorial des urgences assurant la couverture médicale des consultations non programmées et urgences au CH de Corte, dont le principe de mise en place avait été acté en 2017, progresse sous la conduite du Dr Jazil Hassam, chef de pôle « urgences-soins continus » de l’hôpital de Bastia et chef du pôle territorial. « Au-delà de son travail de coordination entre les structures SAU (1) et SAMU-SMUR et de sa participation au fonctionnement des consultations non programmées au centre hospitalier de Corte, son engagement sur le terrain va bien au-delà d’une mission de coordination », souligne Pascal Forcioli. L’unité dénommée « accueil médical non programmé » est en effet une structure ouverte 24 heures sur 24 et 365 jours par an, qui accueille les patients en urgence. L’unité fonctionne en mode diurne avec un médecin dédié et en mode nocturne de manière mutualisée avec le médecin du SMUR. « Si le médecin du SMUR est en opération, l’astreinte de médecine de l’hôpital de Corte est mobilisée en cas de besoin d’accueil urgence, explique Pascal Forcioli. Nos médecins du SMUR participent également sur le poste de journée au fonctionnement de l’accueil médical non programmé. L’objectif en 2019 est d’obtenir une reconnaissance de cette organisation avec un financement adapté dans le cadre des innovations organisationnelles de l’article 51 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 ».

Le pôle territorial des urgences, qui a recensé près de 58.000 passages en 2018, a déjà à son actif de multiples coopérations :  télétransmission des électrocardiogrammes entre les SMUR de Calvi et Corte avec le service de cardiologie du CH de Bastia, déploiement du logiciel Terminal Urgences (TU) sur les trois sites, protocoles de soins communs et gestion documentaire partagée, harmonsiation du temps de travail des urgentistes, participation du chef du pôle territorial aux CME des CH de Corte et Calvi.
Autre outil de coopération mis en place en 2018, le pôle territorial d’imagerie médicale grâce auquel le centre hospitalier de Calvi a pu installer son scanner qui fonctionne sous la responsabilité médicale et organisationnelle du chef d’imagerie de l’hôpital de Bastia, et qui recourt à la télé-imagerie médicale. « Notre effectif de radiologues était insuffisant pour assurer une présence radiologique en journée sur le site de Calvi, explique le Directeur de l’hôpital de Bastia. Le Dr Joseph Orabona, chef du service d’imagerie de l’hôpital de Bastia a donc formé les manipulateurs à l’utilisation du scanner et de la télé-imagerie que le CH de Bastia utilise pendant les périodes d’astreinte médicale de l’imagerie ».

Rapprocher les GHT

« Nous allons maintenant travailler à rapprocher encore davantage les hôpitaux des deux GHT de Corse et faire en sorte que les deux GHT travaillent ensemble, poursuit Pascal Forcioli. Si nos bassins de vie, très différents et éloignés, ne permettent pas d’envisager facilement des coopérations, nous souhaitons mener des réflexions en termes stratégiques sur la manière dont s’organise l’offre publique. A l’image de ce que nous avons voulu faire en mettant en place une communauté psychiatrique de territoire unique pour la Corse avec le centre hospitalier de Castelluccio ». Parmi les pistes de collaboration envisagées : la réalisation de formations communes à Castellucio, établissement agréé le DPC.

Coopérations avec le privé

L’une des particularités de la Corse est la présence quasi exclusive du secteur privé dans le champ médico-social : à but lucratif s’agissant de la prise en charge des personnes âgées et à but non lucratif sur le versant du handicap. « Beaucoup d’actions se développent, associant les acteurs de la psychiatrie publique et associatifs dans le domaine de la santé mentale, les PEP (2) par exemple que nous souhaitons associer à la communauté psychiatrique de territoire (CPT). Quant aux cliniques corses, des partenariats ciblés se développent dans le cadre de coopérations. En psychiatrie en Haute-Corse la particularité est que les hospitalisations sous contrainte sont gérées par une clinique privée délégataire d’une mission du service public. Le CH de Bastia est selon des conventions la structure de repli pour la réanimation et le centre de dialyse par exemple. Certains médecins travaillent aussi en clinique et à l’hôpital, en gastro-entérologie et ophtalmologie par exemple. Les coopérations public-privé existent mais le GHT doit rester le lieu d’élaboration et de mise en œuvre du service public hospitalier et des hôpitaux publics sur un territoire », conclut Pascal Forcioli.


1 - Service d'accueil et de traitement des urgences.
2 - Les Pupilles de l’Enseignement Public regroupent 123 associations de proximité fédérées au sein d’une Fédération générale.

Deux comités de réflexion élargis aux établissements du GHT
« Le Comité d’éthique territorial, présidé par le Dr Paul Venturini, médecin à l’hôpital de Corte, a été créé en 2017. En 2018, il a organisé une journée sur la laïcité. Ce comité, pluridisciplinaire, anime une réflexion éthique sur des sujets proposés par les uns ou les autres. Les trois établissements du GHT y sont représentés. Un comité territorial du développement durable fonctionne selon les mêmes modalités. Dans les deux cas, les instances mises en place initialement à Bastia se sont élargies et associent des professionnels de Corte et Calvi afin de les faire bénéficier de nos travaux », souligne Pascal Forcioli.
 
Contact
GHT Haute-Corse
Centre hospitalier de Bastia
Route Royale, BP 680, 20604 Bastia

À lire aussi

L'actu du GHT