Des ambulanciers privés français créent la Fédération Nationale des Techniciens Ambulanciers Urgentistes (FNTAU)

La Fédération Nationale des Techniciens Ambulanciers Urgentistes se fera le porte-parole d’une organisation permettant de répondre plus efficacement aux besoins de la population @pixabay

En France, les ambulanciers privés subissent au quotidien les conséquences d’une image en décalage avec la réalité de leur métier. Souvent considérés comme des chauffeurs ou des brancardiers, ils tiennent à rappeler qu'ils sont des professionnels de la santé qui, parallèlement à la réalisation de transports sanitaires non urgents, sont chaque jour missionnés pour des transports d’urgences préhospitaliers au titre de l’aide médicale urgente (AMU).

La Fédération Nationale des Techniciens Ambulanciers Urgentistes (FNTAU), qui souhaite aujourd’hui faire reconnaître l’urgence préhospitalière comme le cœur de métier des ambulanciers privés, a été créée à l’initiative d’un grand nombre de dirigeants d’entreprises d’ambulances privées françaises éthiques ayant l’expérience du terrain, possédant une réelle vocation et s’impliquant fortement dans leur mission d’urgence préhospitalière.

La FNTAU a pour vocation de représenter les ambulanciers urgentistes sur l’ensemble du territoire français, de faire reconnaître leurs valeurs, leurs compétences et leurs devoirs communs. De prouver, enfin, à l’aide d’un livre blanc, actuellement en cours de rédaction, qu’un système organisationnel des transports sanitaires d’urgence préhospitalière efficient et moins coûteux est applicable en France.

Les fondateurs de la toute jeune fédération tiennent à rappeler que "les ambulanciers privés travaillent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 en étroite collaboration avec le SAMU centre 15, constitué d’assistants de régulation médicale, de médecins régulateurs, de médecins généralistes et de la structure mobile d’urgence et de réanimation (SMUR)."

Prenant appui sur les différents rapports publics (Morange, novembre 2014 ; Eyssartier, septembre 2010 ; IGAS, avril 2016) et notamment sur ceux de la Cour des comptes relatifs au fonctionnement des SDIS, la FNTAU entend démontrer qu’une autre organisation du transport sanitaire d’urgence préhospitalière (ou transports sanitaires au titre de l’aide médicale urgente), efficiente, moins couteuse et répondant plus efficacement aux besoins de la population est non seulement possible, mais existe déjà depuis longtemps, en France, dans certains départements, en particulier en Loire Atlantique (44).

Pour la nouvelle Fédération, ce système organisationnel devrait en toute logique et bonne foi être élargi à l’ensemble du territoire français. Pour ce faire, les pouvoirs publics devraient s’appuyer sur les forces vives de cette profession, dirigeants, comme salariés, qui dans le silence, ont agi jusqu’à présent en véritables professionnels de l’AMU.

Enfin, dans le cadre des travaux de la Commission européenne relatifs à la normalisation des ambulances participant à l’urgence préhospitalière, une norme applicable aux véhicules d’intervention urgente a été élaborée en 2007. Il s’agit de la norme CEN 1789. En cohérence avec ce que préconise l’Europe, la FNTAU travaillera à faire reconnaître cette norme par les autorités de tutelle compétentes et à la rendre applicable sur l’ensemble du territoire. 

Une majorité des États membres de l’Union européenne l’appliquent déjà, notamment la Suède, l’Irlande et depuis plus récemment la Belgique. L’application de cette norme sera un premier pas vers l’uniformisation indispensable de la profession.

Des commissions de travail

Pour atteindre ces objectifs, plusieurs commissions de travail ont été créées au sein de la FNTAU :
La commission législative qui sera prochainement reçue au Ministère des Solidarités et de la Santé, présidée par Yannick Janeiro (Gérant d’Ambulances Urgence - 29)
et ses membres, Sylvie Morel (sociologue ; chercheuse associée au Centre nantais de sociologie), Patrick Youx (Président d’Assistance Ambulance - 44), Mathieu le Sausse (Gérant d’Ambulances Urgence - 56) et Nicolas Dejoie (ambulancier).
La commission européenne, chargée de la mise en place de la norme CEN 1789 présidée par Nicolas Hallier (Gérant d’USR Ambulances - 44).
La commission de surveillance présidée par Mathieu Le Sausse (Gérant d’Ambulances Urgence - 56).
La commission formation, présidée par Philippe Smet (Président d’Ambulances Smet - 52) en charge de la réforme du diplôme d’Etat.

 

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.