Le Projet régional de santé (PRS) Occitanie valorise le rôle des GHT

Le PRS Occitanie valorise le rôle des GHT

Le Projet régional de santé (PRS) a été arrêté le 3 août par Monique Cavalier, Directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS) Occitanie. S'il se donne pour objectif prioritaire de renforcer l'accès aux soins des personnes les plus vulnérables, il détaille de nombreuses actions au service de la coordination médico-soignante, de la permanence des soins, de la sécurité des patients ou encore de la qualité de vie au travail de l'ensemble des professionnels. Autant de sujets sur lequels les Groupements hospitaliers de territoire seront appelés à intervenir. 

Le nouveau Projet régional de santé, auquel près de mille professionnels et usagers ont participé via les différents groupe de travail, définit les priorités du système de santé régional avec comme axe privilégié, la réduction des inégalités face à la santé. "La prise en compte des besoins des plus vulnérables sera le fil conducteur de chacune de nos actions", indique l'Agence régionale de santé (ARS). Cinq engagements forts, issus des orientations de la Stratégie nationale de santé, ont été déclinés : le développement de la prévention avec des interventions plus ciblées vers les personnes les plus vulnérables ; l'augmentation de la place des usagers dans le système de santé ; l'amélioration de l’organisation des services de santé pour les rendre accessibles à tous dans tous les territoires ; l'accentuation de la coordination des acteurs et enfin, le renforcement des exigences de qualité et de sécurité à chaque étape de la prise en charge et de l’accompagnement des patients. Pour atteindre les objectifs fixés dans ce nouveau PRS, les groupements hospitaliers de territoire (GHT) seront amenés à jouer un rôle majeur. 

En matière de présence médicale et soignante dans les territoires par exemple, l'ARS se montre attachée au maintien des effectifs dans les établissements dans le cadre des GHT (assistants partagés, exercices multi-sites, infirmiers de pratique avancée). Le rôle des GHT, et notamment des filières de soins, est également mentionné dans l'optique d'améliorer l'orientation et la prise en charge en unités neurovasculaires des accidents vasculaires cérébraux et accidents ischémiques transitoires ou encore le recours en urgence à l'expertise neurologique et neuroradiologique.
Notons également qu'au-delà des actions dédiées au déploiement de la télémédecine, "le principe de mise en cohérence des dispositifs afin de permettre la circulation de l’information entre les acteurs des champs sanitaire, médico-social et social, sera fortement promu. Dans ce cadre, la convergence des systèmes d’informations est une nécessité, comme la dynamique GHT le démontre", mentionne le PRS.

Bien-être au travail, sécurité et accessibilité. Les GHT seront par ailleurs au coeur d'actions plus originales en matière de qualité de vie au travail, de sécurisation des prises en charge et d'accès aux soins des personnes en situation de handicap. Ainsi, pour améliorer les conditions de travail et le bien-être professionnel, une plateforme d’écoute connue et reconnue par la profession sera instaurée au niveau de chaque GHT. En matière de sécurité sanitaire, une charte d’identitovigilance, visant à prévenir toute erreur d’identité du patient, sera rédigée (à 1 an) et déployée notamment via les GHT (à 5 ans). Enfin, pour faciliter l'accès aux soins des personnes en situation de handicap, un binôme de référence médical et administratif sera identifié au sein de chaque GHT. 

À lire aussi