« Ambition Santé 2022 » : la FHF en campagne pour les présidentielles

« Ambition Santé 2022 » : la FHF en campagne pour les présidentielles

Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France

A l'occasion de SantExpo 2021, dont elle était organisatrice mi-novembre, la Fédération hospitalière de France (FHF) a présenté son plan de bataille pour poursuivre la réforme d'un système de santé «en pleine érosion». A quelques mois des élections présidentielles, elle appelle la classe politique à participer à cette refondation.

Résilience et engagement, tels étaient les deux grands thèmes fédérateurs de l'édition 2021 de SantExpo, le salon événement dédié aux acteurs de santé. « Deux mots qui résonnent comme une invitation à regarder vers l'avenir, vers des promesses qui dessinent le futur», observe Frédéric Valletoux, le président de la FHF. Lors de son discours inaugural, celui-ci est longuement revenu sur « cette crise sanitaire sans précédent avec une épidémie au retentissement mondiale à la dimension historique et dont les répercussions sont loin d'être derrière nous ». Il a insisté dans ce contexte sur le rôle crucial de l'hôpital public qui a assumé 84% des hospitalisations durant cette crise. «C'est aussi l'hôpital public qui a assuré la logistique des vaccins ARN pour l'ensemble des Français, et cela durant de longs mois», a-t-il rappelé.

Un hôpital public fort mais fragilisé

Le maire Fontainebleau a dans le même temps évoqué la baisse d'activité du secteur hospitalier qui a du déprogrammé 2,3 millions de séjours seulement pour l'année 2020. Une baisse de régime qui se poursuit au premier trimestre 2021, marquant une réduction de l'activité d'environ 6% par rapport au premier trimestre de 2019.

Outre une diminution de l'exercice hospitalier, la crise sanitaire a également fragilisé selon lui un système de soins déjà usé: «Les professionnels de santé qui se sont engagés durant cette crise, et qui le sont toujours, sont fatigués physiquement et émotionnellement. Aujourd'hui, ils attendent une vision, un cap et des moyens de s'engager pour le service public et la santé », alerte Frédéric Valletoux. Si l'après-crise doit ressembler à l'avant, alors c'est à désespérer».

La FHF attend des réformes de fond

La Fédération hospitalière de France attend résolument des réformes de fond pour consolider un système de santé «en pleine érosion». Et elle avance à cette fin ses propositions sur trois grands chantiers prioritaires : le recrutement, le financement de l'hôpital public et la permanence de ses soins.

La première proposition doit être «un choc en matière de recrutement et de formation », annonce Frédéric Valletoux. La FHF propose donc d'augmenter de 25% les places en instituts de formation en soins infirmiers, et de 45% pour les formations d'aides-soignants d'ici les trois prochaines années. Elle demande aussi le recrutement de 20 000 professionnels, en plus, par an dans le secteur médico-social. Conséquence de la suppression du numerus clausus, la FHF propose également la création de 1000 postes dans les CHU, d'ici la fin du quinquennat.

La deuxième proposition vise à assurer un cadre stratégique pérenne, concernant le financement des soins. La Fédération suggère qu'un «taux d’évolution minimal des financements des hôpitaux publics» soit fixé, révisé en fonction de l’inflation, ou des priorités de santé». Une nomenclature qui doit toucher l'ensemble de la médecine française. Pour Frédéric Valletoux, il est possible de «dépenser mieux à condition de se retrousser les manches, tous ensemble, à l’hôpital comme en ville».

Enfin, la troisième proposition portée par la FHF vise la permanence des soins et leur accès par l'ensemble de la population. L'une des mesures phares avancées pour éviter les déserts médicaux: l'interdiction pour un médecin de secteur II, de s'installer dans une zone dans laquelle la densité de praticiens dans sa spécialité est supérieure de 25% à la moyenne nationale, par bassin de vie.

Interpeller les candidats à la présidentielle

A  l'heure où se prépare la course à la présidentielle, la FHF attend des signaux forts de la classe politique pour conduire cette refondation du système de santé. Mais qui en toute apparence tardent à venir... « À 6 mois de la présidentielle, nous voyons bien que chez les candidats à l'élection aucune trame ne se dessine pour la santé. Quelques propositions sont faites çà et là, mais aucun véritable programme pour l'instant », regrette Frédéric Valletoux. La FHF a donc décidé avec la création de la plateforme Ambition Santé 2022, de les inciter au débat. Celle-ci a été mise en place pour recueillir en ligne les témoignages, propositions et contributions des usagers qui serviront à interpeller les candidats à la présidentielle.

Après avoir rassemblé assez de réponses, la FHF dressera une trentaine de propositions, regroupées en 4 grands thèmes: 
- L'organisation et la prévention des soins à l'échelle des territoires
- L'égalité, l'excellence et la pertinence de la santé de demain
- La priorité au recrutement
- La refondation de la santé publique

Le 17 mars 2022, jour anniversaire du premier confinement, ces propositions seront présentées et confrontées aux programmes des différents candidats. 

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.