L'OMS veut vacciner 30% de la population mondiale d'ici la fin de l'année

@WHO

Près de sept mois après le début de la campagne vaccinale mondiale, les pays à revenus élevés ont administré près de 44% des doses mondiales. Les pays à faibles revenus n'ont administré moins de 0,5%.le Dr Tedros directeur général de l'OMS évoque "une pandémie bidirectionnelle" et insiste sur son nouvel objectif vaccinal. 

Un nouvel objectif 

« Le plus frustrant est que cette statistique n'a pas bougé depuis des mois », précise le Dr Tedros. Une nouvelle fois, le directeur général appelle les dirigeants à partager leurs ressources médicales et technologiques. Il a demandé aux membres du G7 de songer à un meilleur partage des vaccins, lors de leur réunion annuel les 12 et 13 juin. L'OMS pointe l'urgence d'un nouvel objectif : vacciner au moins 10% de la population, de chaque pays, d'ici septembre et d'atteindre les 30% d'ici la fin de l'année. 

Une pandémie deux vitesses

« De plus en plus, nous assistons à une pandémie à deux vitesses : de nombreux pays sont toujours confrontés à une situation sanitaire extrêmement dangereuse, tandis que certains de ceux qui ont les taux de vaccination les plus élevés commencent à évoquer la fin des restrictions », explique le directeur général de l'OMS. Dans ces derniers, l'organisation constate une baisse de la mortalité chez les personnes âgées.

Face à une augmentation de la couverture vaccinale, beaucoup de pays réduisent leurs mesures de distanciation et de santé publique. L'organisation demande aux gouvernements de mener cet assouplissement avec la plus grande prudence et « ajusté en fonction de la circulation virale et des capacités de réponse hospitalière ». « La levée trop rapide des restrictions pourrait être désastreuse pour ceux qui ne sont pas vaccinés », alerte le Dr Tedros. Un risque d'autant plus que grand que l'organisation constate une transmission, mondiale, accrue des variants. Notamment du variant Delta qui sévit et inquiète désormais aussi la France.

Beaucoup de pays n'ont pas cette option et luttent encore contre la diffusion du virus, faute de vaccins. « L'inégale distribution des vaccins a permis au SARS-CoV-2 de continuer à se propager, augmentant les chances d'émergence de variants ; ce qui rend les vaccins moins efficaces », met en garde le directeur général de l'OMS.

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.