Périnatalité : l'expérimentation du parcours RéPAP est lancée !

Périnatalité : l'expérimentation du parcours RéPAP est lancée !

@pixabay

Un arrêté publié au Journal officiel (JO) annonce le lancement de l'expérimentation RéPAP dans le cadre du chantier "1 000 jours de l'enfant". Ce projet prévoit la mise en place d'un référent parcours en périnatalité dans quatre territoires.

L'expérimentation RéPAP vise « à construire un parcours personnalisé de périnatalité coordonné, de la grossesse aux trois mois révolus de l'enfant, grâce à l'accompagnement par un référent parcours périnatalité (Répap) », indique le texte publié dans le JO du 10 août. Portée par la Direction générale de la santé (DGS), cette expérimentation, qui s'inscrit dans le chantier périnatal des « 1 000 jours de l'enfant » prévoit que ce référent sera un interlocuteur privilégié de la femme, du couple ainsi que des professionnels intervenants « lors de la grossesse et des premiers mois de la vie, qu'ils soient professionnels des champs somatique, psychique ou social ».

Quatre territoires ciblés

Le budget global de l'expérimentation est de plus de 1,5 millions d'euros. 424 828 sont destinés à l'amorçage et l'ingénierie, 196 062 orientés vers le déploiement des systèmes d'information de chaque territoire. Cette expérimentation, qui va durer 18 mois, va être menée par les acteurs suivants :

  • le réseau de périnatalité de Guyane 
  • le CH intercommunal Amboise-Château-Renault, Pays Loire Touraine et la caisse d'Allocations familiales Touraine en Indre-et-Loire 
  • la communauté pluriprofessionnelle territoriale de santé Centre-Essonne et le réseau Périnat IF sud 
  • le CH de Valence, en lien avec les CH de Montélimar et de Romans-sur-Isère dans la Drôme.

Une réflexion sera menée dans chaque territoire afin de définir les modalités de partage et d'échange d'informations. Les porteurs de projets seront chargés d'identifier les professionnels de santé susceptibles d'être "Répap". Lesquels devront signer une charte d'engagement et suivre un module de formation codéveloppé avec les acteurs du projet.

Un parcours renforcé

Le projet de la DGS prévoit plusieurs étapes complémentaires au parcours classique. Un premier entretien physique, afin de formaliser l'inclusion et d'identifier les premières actions de coordination, sera suivi de trois entretiens : un au 8e mois de grossesse, un 15 jours après l'accouchement et un à la sortie du dispositif. Les femmes en situation de vulnérabilité bénéficieront d'un accompagnement renforcé. Ce dernier comprend des entretiens supplémentaires et une activité de coordination renforcée.

Le modèle de financement se décline en deux forfaits. Un socle pour toutes les femmes suivies et un renforcé additionnel pour celles présentant des facteurs de vulnérabilité. Le montant du forfait socle est de 165 € (198 € en Guyane avec la majoration des outre-mers) pour cinq heures de mobilisation. Le forfait renforcé, de trois heures, est de 99 € supplémentaires (119 € en Guyane).

Le texte de loi prévoit un meilleur suivi de la grossesse et une prévention améliorée de la dépression post-partum. L'impact logistique permettra de renforcer la coordination entre la ville et l'hôpital, ainsi que limiter le recours aux urgences. Ce projet devrait permettre de prévenir les ruptures de parcours et d'éviter les prises en charge complexes et coûteuses.

Pour en savoir plus : Arrêté relatif à l'expérimentation « RéPAP : Référent Parcours périnatalité »

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.