L'AP-HP en action pour la réduction des émissions de carbone

L'AP-HP en action pour la réduction des émissions de carbone

@pixabay

 L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) s'engage activement dans la réduction des gaz à effet de serre générés sur le territoire français. Le CHU francilien veut établir plusieurs plans d'actions s'appuyant sur les émissions prises en compte dans le bilan carbone ainsi que le mode de calcul de ces émissions.

« Le secteur de la santé contribue à l’émission de plus de 5% des gaz à effet de serre (GES) générés sur le sol français. Ce chiffre a été établi par le rapport intermédiaire «Décarbonons la santé» du think thank français The Shift Project paru le 15 juin 2021», précise le CHU dans son communiqué. L'AP-HP accompagnera d'ailleurs le think tank dans l'écriture de son rapport final. Ce dernier volet sera publié courant 2022.

Un nouveau type d'estimation

Actuellement, la réglementation nationale impose uniquement une estimation des émissions directes produites sur site : gaz anesthésiques, fuites de fluides frigorigènes, gaz utilisé, émissions indirectes liées à l'énergie (production d'électricité, réseau de chaleur urbain). En conséquence, l'AP-HP décide d'établir un calcul de périmètre plus large qui intègre les flux entrants et sortants. C’est-à-dire l’ensemble des émissions indirectes ayant lieu en amont ou aval.

C'est l'activité de tous les sites qui est désormais inclue dans ce nouveau calcul. Ce qui comprend: «les 39 hôpitaux de l’AP-HP mais aussi son siège, la blanchisserie, le service des ambulances, le centre de la formation et du développement des compétences (incluant les instituts de formation en soins infirmiers et les autres écoles), l’agence générale des équipements et produits de santé AP-HP - AGEPS, l’hospitalisation à domicile HAD- AP-HP ».

L'impact de la production et de l'achat de médicaments

Dans le secteur de la santé, ces facteurs d'émission sont restreints. Le seul facteur disponible est monétaire. L'AP-HP précise la quantité de gaz à effet de serre générés pour 1€ dépensé dans l’achat de médicaments. Elle a également estimé la production de gaz à effet de serre précise pour une soixantaine de références médicamenteuses. Cette estimation prend en compte la production de la substance active, des excipients, le transport depuis le lieu de création, le packaging et la formulation du produit.

En parallèle, le CHU a lancé des travaux exploratoires en lien avec la Commission médicale d'établissement. Ces recherches sont destinées établir la production de gaz par parcours patient, comprenant l'imagerie médicale, le traitement, le bloc opératoire et la stérilisation. Grâce à ces études, les professionnels de santé bénéficieront d'informations plus précises pour évaluer «les émissions de gaz à effet de serre liées à leurs activités quotidiennes et de les réduire si d'autres options sont possibles opérationnellement».

Pour en savoir plus : Décarbonons la santé - Rapport intermédiaire

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.