EHPAD et GHT : une relation en demi-teinte

EHPAD et GHT : une relation en demi-teinte

@pixabay

Ce 15 juillet, la Mission d'évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale (Mecss) a auditionné deux représentants du secteur médico-social afin de collecter leur avis sur les groupements hospitaliers de territoire (GHT). En cause, le faible nombre d'EHPAD à s'être engagés volontairement dans le dispositif des GHT.

Depuis le mois de mai, la Mecss auditionne les acteurs de la santé et du médico-social pour avoir leur avis sur le dispositif des GHT. Ce 15 juillet, c'est Éric Fregona, directeur adjoint de l'Association des directeurs au service des personnes âgées(AD-PA), et Jean-Pierre Riso, président de la Fédération nationale des associations de directeurs d'établissements et services pour personnes âgées (Fnadepa), qui étaient auditionnés à l'Assemblée nationale.

Le médico-social dans la construction des GHT

La mise en place des groupements hospitaliers de territoire date de la loi de modernisation du système de santé, datant de 2016. Pour Annie Vidal, députée LREM de Seine-Maritime présidant la mission, il était nécessaire d'inclure le médico-social dans la construction des GHT. La parlementaire précise aussi que « la loi a prévu que les GHT nouent obligatoirement des coopérations dans le secteur médico-social dans leur ressort territorial ».

Le cloisonnement entre le sanitaire et le médico-social

Cinq ans après, « hormis les établissements relevant de la fonction publique hospitalière (FPH) très peu d'EHPAD ont adhéré aux GHT », souligne Jean-Pierre Riso. D'après la Cour des comptes, seulement 7,5% auraient adhérer au dispositif. D'après le président de la Fnadepa, la multiplication des coordinations empêcherait toute logique de coopération à grande échelle. Il déclare que « le secteur médico-social a du mal à se retrouver dans les GHT et dans ses formes de coordinations d'apparence plus sanitaires que médico-sociales », une opinion corroborer par les témoignages reçus par la Fnadepa. Il considère que le principal obstacle à cette adhésion est le « cloisonnement historique et tenace entre le sanitaire et le médico-social ».

Un avis partagé par Éric Fregona qui a rappelé que certaines structures, rattachées aux hôpitaux, ont automatiquement été intégrées aux GHT. Cette adhésion aurait été motivée par des soucis d'économies d'échelles selon lui, puisque les GHT regroupent les achats. Le directeur adjoint de l'AD-PA considère que « l'écosystème de ces groupements n'est pas suffisamment tourné vers le médico-social ». Il évoque l'alternative des groupements de coopération sociaux et médico-sociaux (CGSMS) qui aurait beaucoup mieux fonctionné auprès des EHPAD. Ce succès s'explique par la proximité entre les différents acteurs du médico-social. 

Une réussite malgré la crise

La crise sanitaire a mis en lumière un véritable paradoxe. Après avoir détaillé la réticence du médico-social face aux GHT, Jean-Pierre Riso et Éric Fregona reconnaissent une certaine efficience du dispositif. Des modalités de coopérations se sont établis « dans l'urgence et avec des fonctionnements très fluides pour prendre en charge les résidents d'EHPAD ou fournir du matériel aux établissements », précise le directeur adjoint de l'AD-PA. Le président de la Fnadepa est plus nuancé. Il pense que l'actuelle adhésion volontaire ne fonctionne pas. Il propose de redistribuer la gouvernance entre les Agences régionales de santé (ARS) et les départements. Si un autre modèle logistique doit émerger, les deux auditionnés souhaitent que le secteur médico-social conserve ses particularités : « l'EHPAD ne doit pas devenir un petit hôpital ».

Pour en savoir plus :

Audition du 15 juillet devant la Mecss

- Les GHT et leur histoire

 

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.