Les mesures annoncées pour renforcer l'attractivité des carrières hospitalo-universitaires

Les mesures annoncées pour renforcer l'attractivité des carrières hospitalo-universitaires

@pixabay

Olivier Véran et Frédérique Vidal ont présenté une série de mesures dédiées à l’amélioration de l’attractivité des carrières de maitres de conférence des universités–praticiens hospitaliers (MCU-PH) et de professeurs des universités-praticiens hospitaliers (PU-PH). Ces dispositions complètent les accords du Ségur de la Santé ainsi que la programmation pluriannuelle de la recherche pour les années 2021 à 2030.

« Ces dispositions s’intègrent dans l’ensemble des mesures impulsées depuis un an avec le Ségur de la Santé et qui contribuent également à un meilleur environnement de travail pour les hospitalo-universitaires grâce à l’augmentation des investissements hospitaliers, des dotations MERRI, du nombre de postes d’enseignants-chercheurs et de la simplification et médicalisation de la gouvernance des hôpitaux», s'est félicité le ministre des Solidarités et de la Santé.

« Plus que jamais, nous devons nous donner les moyens d’une recherche médicale au meilleur niveau international. Nous nous engageons aujourd’hui à améliorer les conditions d’entrée et à favoriser l’accompagnement dans la carrière hospitalo-universitaire, à reconnaître et valoriser le travail effectué, à sécuriser les temps d’enseignement comme les temps de recherche afin de faciliter l’émergence de nouvelles générations d’enseignants-chercheurs dans le domaine médical », a, quant à elle, souligné la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Mieux accompagner l'entrée dans la carrière hospitalo-universitaire

Plusieurs dispositifs faciliteront désormais l’accomplissement des périodes de mobilité s’inscrivant dans les prérequis des concours. Ce plan d’ensemble prévoit à cette fin de valoriser les doubles cursus sciences/santé au cours du 2ème cycle des études de santé, de renforcer le dispositif de l’année-recherche au cours du 3ème cycle des études de santé, et d’ouvrir la possibilité, déjà prévue dans les disciplines hors santé, de solliciter des chaires de professeurs junior.

Améliorer les processus de recrutement et de suivi

Améliorer les processus de recrutement de suivi et d’accompagnement des personnels H-U constitue également l’une des priorités. Le plan de renforcement de l’attractivité des personnels H-U prévoit ainsi la généralisation de commissions mixtes universitaires et hospitalières ainsi qu’une optimisation, à l’échelle nationale, du fonctionnement des sous-sections santé du conseil national des universités.

Favoriser l’équilibre de la vie personnelle et professionnelle

Afin de favoriser l’équilibre de la vie personnelle et professionnelle et faciliter l’exercice de la carrière hospitalo-universitaire, la contractualisation par équipe des missions hospitalo-universitaires sera recommandée au sein des projets de service permettant ainsi notamment de sécuriser les temps nécessaires à l‘enseignement, à la recherche, à la préparation des concours et à la mobilité. Le cadre statutaire hospitalo-universitaire sera rénové et assoupli (droits à congés et autorisations d’absence, couverture assurance-maladie pour les personnels non-titulaires, et exercice à temps partiel de droit ou pour convenance personnelle).

Des dispositions sont également prévues pour favoriser l’engagement des femmes dans la carrière H-U (comme le bilan femmes/hommes des effectifs lors des demandes de postes ou encore le développement du mentorat) et favoriser une meilleure connaissance des plans d’égalité professionnelle et des dispositifs de prise en charge des violences sexistes.

43 millions d’euros la revalorisation des salaires

43 millions d’euros seront mobilisés pour une revalorisation des émoluments hospitaliers (suppression des 2 premiers échelons et création de 2 échelons en sommet de grille pour les MCU-PH ; suppression du premier échelon et création d’un échelon en sommet de grille pour les PU-PH), une augmentation de la participation des employeurs hospitaliers aux plans d’épargne-retraite souscrits sur la base du volontariat par les praticiens H-U et la création d’une prime d’enseignement et de recherche spécifique.

Ces dispositions, s’ajoutant à la revalorisation déjà réalisée en décembre 2020 de l’indemnité d’engagement de service public exclusif (IESPE), permettra aux praticiens nouvellement nommés d’obtenir un gain global net annuel de 10 200 € pour les MCU-PH et de 8520 € pour les PU-PH, aux praticiens reclassés dans les échelons hospitaliers de sommet de grille d’obtenir un gain global net annuel de 7320 € pour les MCU-PH et 4920 € pour les PU-PH.

 

À lire aussi

Retrouvez toutes nos actualités dans la newsletter

Pour vous abonner à notre newsletter, veuillez svp saisir votre adresse email dans le formulaire ci-dessous et cliquer sur le bouton « Envoyer » :

* Champ obligatoire

Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité.

Vous pouvez mettre à jour vos préférences d’abonnement.